Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Les conséquences du Coronavirus-Covid-19 menacent l’avenir de l’économie lourdaise

samedi 18 avril 2020 par rédaction

Les conséquences du COVID-19 sur l’économie lourdaise préoccupent les plus hautes sphères de l’Etat. Le sujet est abordé chaque semaine dans les réunions avec les ministères concernés. Le GNI (Groupement National des Indépendants Hôtellerie et Restauration) auquel est affilié le Club des CHR de Lourdes est à la pointe de tous les rendez-vous hebdomadaires ministériels.

Des hôteliers lourdais nous ont signalé avoir reçu un courrier du GNI-Club des CHR de Lourdes, courrier qui a été également adressé au préfet des Hautes-Pyrénées, au sous-préfet d’Argelès-Gazost, aux parlementaires, aux présidents du conseil départemental et de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, à la maire de Lourdes et au président de la CCI des Hautes-Pyrénées. Certains élus ont répondu en garantissant leur appui pour soutenir cette démarche, s’engageant à soutenir ces socio-professionnels de tout leur poids.

Notre rédaction s’est procuré ce courrier que nous mettons en ligne ci-dessous.

COVID 19 - PERSPECTIVES ET CONSEQUENCES SUR L’ECONOMIE LOURDAISE

Après les inondations de 2013, Lourdes a passé quelques années très difficiles ayant vu friches et dépôts de bilan en progression constante au point de mettre en question sa capacité d’accueil des grands rassemblements, sa spécificité économique majeure. Dans la période 2012 à 2018, près de 40 hôtels ont disparu, soit 1 900 chambres. En 2019, l’offre hôtelière est de 142 hôtels avec 10 422 chambres (INSEE).

Au-delà de ce constat, le marché de Lourdes est d’abord un marché de groupe qui se maintient avec des prix moyens très bas et qui semble avoir atteint son plancher. On observe aussi une croissance de la clientèle individuelle. 

En parallèle, au prix d’investissements conséquents, la qualité des établissements de 1 à 4 étoiles fait de l’hôtellerie lourdaise une des plus belle offre qualitative française. La capacité d’accueil totale avec les hôtels, le Sanctuaire et les congrégations religieuses, les résidences de tourisme, les campings, les hébergements collectifs, les meublés de tourismes, les chambres d’hôtes est de plus de 32.000 lits générant 4,830 millions de nuitées marchandes et non marchandes (HPTE 2019).

Malgré une tension sur les prix et un budget trop faible pour la promotion touristique de l’Office du Tourisme de la Ville de Lourdes pendant toute cette période, les professionnels hôteliers se sont fortement investis financièrement dans toutes les directions et sur tous les continents (et plus particulièrement en Asie, Amérique du Nord et Latine, ex-pays de l’Est…), pour tenter d’inverser la courbe de l’offre et de la demande. Cette promotion indispensable et coûteuse pour nos entreprises n’est cependant pas suffisante pour le développement de Lourdes.

 Le lancement du spectacle musical en 2019, Bernadette de Lourdes, et l’arrivée cette même année de Monseigneur RIBADEAU-DUMAS comme Recteur du Sanctuaire ont été des bonnes nouvelles pour Lourdes. En effet, Sa vision moderne et expérimentée pour le Devenir du Sanctuaire avait fait l’unanimité et recueilli l’appui de tous les Professionnels. La perspective espérée d’une reprise de l’activité était enfin nettement ressentie et à portée, à condition aussi d’efforts financiers conséquents de la Ville, à travers le levier de la taxe de séjour.

 Le Covid 19 en a décidé autrement.

La 2ème Ville hôtelière s’est retrouvée du jour au lendemain de ce mois de mars 2020, privée à 100% de toute activité pour son début de saison avec un niveau d’annulation des réservations allant bien au-delà de tous les pronostics de déconfinement. Nous pouvons considérer qu’à ce jour, 100% de la programmation pour les mois d’avril, mai, et jusqu’à mi-juin est annulée. (NDLR : Cette note a été rédigée avant l’intervention du Président de la République qui en a retardé les perspectives)

Il faut noter également pour la période juillet, août et septembre que le rythme des annulations s’accélère vertigineusement ne laissant plus guère d’espoir quant à leur devenir ! 

Or, notre fréquentation est liée au Sanctuaire (fermé) et aux activités touristiques qui découlent de la présence de nos visiteurs. Il s’agit d’une mono-activité saisonnière estivale de 7 mois environ s’étalant du Dimanche des Rameaux à la fin Octobre. Les clients de nos hôtels viennent chaque année pour des séjours de 1 à 7 nuits (2.8 en moyenne) générant 2,2 Millions de nuitées hôtelières en 2018 (source INSEE) avec 64% d’étrangers à très forte dominante européenne (particulièrement les Italiens et Espagnols) et 36% de français. 

A ce chiffre, se rajoutent les nuitées générées par la para-hôtellerie (Sanctuaire et congrégations religieuses, résidences de tourisme, campings …) et les 3,4 Millions de Visiteurs sans hébergement à Lourdes (2019-HPTE). Lourdes est un poumon économique majeur qui irrigue économiquement tout le département des Hautes Pyrénées avec au total 5,6 Millions de visiteurs environ.

Situation et Perspectives.

Malgré les dispositifs bienvenus mis en place par le Gouvernement, la crise que nous traversons va se confirmer INSURMONTABLE pour nos entreprises à cause de la très spécifique mono-activité lourdaise déjà très fragilisée. Les Professionnels ont dans le passé fortement investi financièrement sur le produit hôtelier avec des prix de revient identiques à ceux des métropoles. En revanche, la capacité d’amortissement ne se fait que sur une durée d’exploitation limitée de 7 mois environ. La quasi absence d’activité en 2020 ne permettra pas de faire face en 2021 et les années suivantes aux remboursements des prêts de trésorerie accordés, aux échéances financières normales, ainsi qu’aux reports de charges et taxes cumulées de 2020. 

Nous savons aussi que la reprise en 2021 sera lente et progressive comme nous l’avons connue en 2013 (inondations) même si le contexte est différent. De plus, la situation fragile de Lourdes avant Covid 19 malgré son lent redressement depuis 2013, ne permettra pas à de très nombreux établissements de supporter toutes ces charges reportées. 

Si rien n’est fait rapidement, la longue liste d’entreprises fragiles viendra se rajouter à celle des établissements déjà en procédures collectives au risque d’assister à l’effondrement de la destination et à son incapacité à recevoir les grands rassemblements qui font la force de Lourdes.

Urgence.

Aujourd’hui, en l’état actuel de la situation, il est urgent de mettre en place maintenant des mesures financières spécifiques à Lourdes pour accompagner le grand nombre d’hôtels qui était déjà en situation financière fragile avant le COVID 19 ainsi que ceux qui sont en procédure collective, si l’on veut maintenir ce seuil de 10 000 chambres indispensables à la capacité hôtelière de Lourdes pour continuer à recevoir les grands rassemblements. 

Dans ce cadre, tous les hôtels concernés doivent être mis « sous respirateur artificiel » dans les meilleurs délais pour passer la crise.

En sortie de crise, et en fonction de ce qui aura été fait préalablement, il faudra envisager l’abandon des reports de charges et une aide financière directe aux entreprises, sans quoi Lourdes n’aura pas la capacité et la ressource pour se relever après ce 2ème choc en si peu de temps. 

Ce dispositif financier devra être accompagné en plus d’un véritable plan de relance de la destination en associant les Collectivités Territoriales, la Ville, les hôteliers et bien sûr, le Sanctuaire qui jouit d’une autorité morale indiscutable à travers le Monde.

Lourdes est une marque mondiale !

Le bureau
du Club
des CHR de Lourdes