Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Congrès National DPLV

vendredi 23 octobre 2009 par rédaction
Congrès National DPLV
=====

L’association nationale de Membres de la Légion d’honneur Décorés au Péril de Leur Vie » (DPLV) est venue à Lourdes durant trois jours à l’occasion de son congrès national annuel à l’invitation de la section DPLV des Hautes-Pyrénées, forte d’une soixantaine d’adhérents et présidée par le colonel Daniel Lavigne.

Cette association nationale a été fondée en 1927 par Maurice d’Hartoy, journaliste et ancien combattant de la guerre 14-18, en réaction aux nominations abusives qui étaient alors pratiquées. Elle regroupe « les membres de la Légion d’Honneur, français ou étrangers décorés pour actes de courage accomplis au service de la France et au péril de leur vie, qu’il s’agisse de légionnaires décorés pour faits précis de guerre ayant motivé une citation ou pour tout acte de bravoure, militaire ou civil, attesté par des documents officiels ».

Si les réunions associatives spécifiques (réunion des présidents des sections et du conseil d’administration) ont été centrées sur l’hôtel Christina qui a servi de base d’accueil à ce congrès, l’assemblée générale ordinaire s’est tenue, elle, dans l’hémicycle des Sanctuaires. Un tel congrès ne pouvait faire abstraction du particularisme religieux de la ville qu’ils honoraient de leur présence et, même s’il ne s’agissait pas d’un pèlerinage au sens propre du terme, la centaine de congressistes venus de toutes les régions de France ont pu visiter les différents lieux marquants de la cité lourdaise (château fort, église paroissiale, cachot et maison paternelle de Bernadette, musée Sainte Bernadette, mosaïques de la chapelle du Rosaire présentées par J.F Monory, Sanctuaires, etc ), participer à des activités religieuses à côté de cérémonies patriotiques organisées à Lourdes, Tarbes et Pau ; chacun a pu ainsi vivre ce rassemblement selon ses convictions et ses souhaits.

La cérémonie au monument aux morts de Lourdes, qui a vu se rassembler Place Peyramale une cinquantaine de dignitaires de la plus haute distinction nationale obtenue « au péril de leur vie », s’est déroulée en présence de Monsieur Bernard Heins, chargé par le maire de Lourdes de le représenter auprès du Général Gaget, président National des DPLV, et de Marie-Josée Moulet, conseillère municipale d’opposition. Les participants se sont ensuite retrouvés dans le hall d’entrée du château où généraux et officiers supérieurs ont dû jouer des coudes pour goûter au vin d’honneur offert par la municipalité…

A Tarbes, c’est le maire Gérard Trémège en personne qui était présent pour accompagner le Général Gaget et Martine Molas, directrice de l’ONAC représentant Madame la Préfète, pour le dépôt de gerbe au monument aux morts de la ville. Au cours du dîner de gala du samedi soir, magnifiquement animée par la talentueuse chorale Arieles, le Général Gaget, a remis un chèque de 1 500€ à un habitant de Tarbes, Ounacer Guerouine, au titre du prix de la fidélité patriotique.

Une cérémonie militaire à la stèle érigée à Idron commémorant l’attentat de Drakkar dont fut victime une compagnie du 1er RCP à Beyrouth en octobre 1983 et une messe à la basilique à laquelle participaient la chorale Ariélès ont clos ce congrès que les Lourdais ont eu l’honneur de recevoir dans leur ville.

Né au Maroc en 1931, Monsieur Guerouine s’est engagé pour deux ans en septembre 1951 au titre du 10ème Goums marocains et, embarqué en mai 1952 à partir d’Oran, a fait partie du corps expéditionnaire en extrême orient. Fait prisonnier par le Viet-Minh en octobre de la même année, il sera libéré après plus de cinq mois de captivité. De retour au Maroc en juin 1953, il servira dans les rangs du 21ème Goums jusqu’en mai 1956 date à laquelle il rejoindra les forces armées royales marocaines. Arrivé en France en 1995 il laisse au Maroc son épouse et leurs cinq enfants et ne peut percevoir sa retraite militaire marocaine ce qui le pénalise fortement … Toutefois il a réussi à faire venir deux de ses enfants qui ont été scolarisés à Tarbes. Invalide de guerre, il est titulaire de la carte du combattant et de la croix de guerre TOE.

GALERIE D’IMAGES

Texte et photos Josiane Perez