Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

La dernière conférence de presse avant le 1er tour de Sylvain Peretto (URPL)

jeudi 12 mars 2020 par rédaction

Hier soir, au local de campagne de la liste Unis et Rassemblés pour Lourdes (URPL), s’est tenue la dernière conférence de presse de Sylvain Peretto et de ses colistiers. L’occasion d’abord pour le docteur Eric Vergès d’évoquer la crise du Coronavirus et du premier cas détecté ce mercredi dans le département des Hautes-Pyrénées (voir article ci-dessous)

Le discours de Sylvain Peretto

La campagne électorale, pour ces élections municipales 2020, s’achève de manière singulière.

En effet, la perspective de propagation du coronavirus sur notre territoire nous impose à la fois des précautions particulières mais aussi- et à Lourdes encore plus qu’ailleurs- la mise en place d’un dispositif de solidarité sanitaire et économique.

Dans ce contexte préoccupant, il nous faut aussi imaginer les conséquences produites sur l’ensemble du secteur économique local qui ne vont pas manquer d’agir sur l’emploi et, par la même, toucher beaucoup de foyers lourdais.

C’est dans cet état d’esprit que, depuis plusieurs jours, nous réfléchissons à la façon dont la ville de Lourdes pourrait agir utilement sur ce phénomène.

Je l’ai dit : un tour de table de tous les acteurs concernés est indispensable. Mais nous devons aussi donner l’exemple et activer tous les leviers pour créer un environnement urbain favorable à la reprise de confiance.

Bien sûr, la collectivité n’est pas un acteur économique en tant que tel : ses ressources sont contraintes et ses compétences encadrées.

Il n’empêche que la Ville, par des politiques publiques volontaristes, par sa stratégie d’aménagements urbains et ses projets structurants peut et doit être un acteur de la relance.

Aucune hypothèse de travail ne doit être exclue y compris celle de travailler sur l’allongement de la saison pour retrouver un certain équilibre.

Dans le même esprit : celui des solidarités qui constitue notre socle de valeurs ; je voulais vous rendre compte d’un sujet qui a émergé des rencontres autour du projet organisées vendredi. Ce moment a permis de tester nos propositions et d’enrichir encore nos réflexions.

C’est aussi un encouragement à poursuivre dans cette voie du dialogue et de la décision partagée.

Les échanges entre nos aînés et la génération junior ont mis en lumière des approches communes dans divers domaines donnant corps à des propositions très pertinentes.

Je voudrais en citer une seule : l’habitat partagé.

Notre labo junior avait déjà abordé le sujet avec le co-living. C’est un type d’habitat à vocation économe : il s’agit de réduire les surfaces privatives pour limiter les coûts de loyer, taxes, chauffage... et d’avoir recours à des espaces mutualisés pour la buanderie, salles de réception et de restauration, réunion, salon TV, bureaux...

Ce modèle pourrait devenir intergénérationnel et permettre de déployer plus d’entraide, générer des services nouveaux et lutter contre l’isolement.

C’est un exemple qui témoigne aussi de l’attention portée à nos aînés et il a d’autant plus de sens quand il est porté par nos enfants.

Redonner envie de Lourdes, être attaché à ses racines : autour du château et de la paroisse - édifice que nous avons hâte de voir à nouveau ouvert- car c’est aussi, au-delà de l’expression du culte, un lieu de visite pour de nombreux pèlerins. Ils font le lien entre la communauté lourdaise et les foules qui rejoignent, chaque année, les sanctuaires.

Je ne vais pas revenir sur le contenu de notre projet. Il repose sur un équilibre entre tradition et modernité. Nous sommes forts de ce dont nous sommes faits et, riches de ce passé, nous pouvons aborder l’avenir.

Les jours qui viennent nous dirons si notre démarche a du sens.

Je voudrais enfin remercier tous les Lourdaises et les Lourdais qui nous encouragent, ceux qui nous ont adressé leurs suggestions, tous ceux qui nous ont accompagné, et qui, chacun à leur niveau, ont été très actifs. Ils nous sont précieux.

Merci à toute l’équipe, vous m’avez donné votre confiance. Je ferai tout pour ne pas vous décevoir.

Merci aussi à vous, les représentants de la presse qui avaient été beaucoup sollicités depuis des mois. Vous contribuez à l’effort démocratique et, sans vous, notre voix serait bien plus faible.

Durant toute la campagne nous nous sommes attachés à proposer des idées originales, à défendre des valeurs que nous portons depuis juin 2018.

Et je dois vous faire un aveu : nous n’avons pas eu accès, volontairement, à des informations nous permettant de dire si, oui ou non, nous étions en tête.

Je fais partie des gens qui pensent que l’on réussit mieux en se concentrant sur la qualité de son travail plutôt que d’essayer de dévaloriser le travail des autres.

Je crois que les vieux mécanismes d’influence de l’électorat ont fait long feu et que ce n’est pas parce que l’on répète 100 fois une fausse information que cela devient une vérité.

Pour moi l’équation est simple : chacun fait de son mieux pour affirmer ses convictions profondes, pour proposer une vision la plus proche des attentes et des besoins de tous, pour servir Lourdes, être utile à son essor et les Lourdaises et les Lourdais feront leur choix.

Compte tenu du nombre de candidats, l’offre est suffisante pour faire le choix du cœur, celui de la raison ou bien les deux.

J’ai confiance dans le discernement et le bon sens de nos concitoyens et, s’ils décident, dès dimanche, de nous accorder leurs suffrages nous ne nous ménagerons pas pour en être dignes !

Questions-Réponses

Lourdes-infos.com : Des candidats se sont émus suite aux nuances politiques des listes retenues par la préfecture et le ministère de l’Intérieur qui classent pour les élections lourdaises 4 listes Divers gauche, 2 listes Divers Centre et 1 liste Les Républicains. Qu’en pensez-vous ?

Sylvain Peretto : « Ces nuances sont des critères définies par la préfecture, donc par l’Etat. Pour ma part, depuis juin 2018, je tiens le même langage. Nous avons créé un mouvement pour Unir et Rassembler. Unir la droite et le centre. Réunir aussi des personnes compétentes, des personnes de tous horizons et des personnes de bonne volonté qui souhaitent travailler avec nous pour servir Lourdes. Moi, j’assume, je suis effectivement Républicain. Dans la liste, nous avons diverses personnes avec des talents, des compétences, de mouvements différents comme Michel Rebollo qui représente l’UDI, des Radicaux Valoisiens également. Nous avons réuni la droite, le centre et la société civile. Aujourd’hui le “sans étiquette” pour moi ne veut rien dire. Si on veut s’impliquer même dans une vie municipale, il faut être un peu reconnu. “Sans étiquette”, ça relève pour moi plus de l’égo que dans un mouvement dans lequel il pourrait s’engager. J’assume donc ma candidature et je comprends donc les candidatures de listes qui sont plutôt étiquetés. »

L-I : Est-ce que vous avez été refroidi par des commentaires sur les réseaux sociaux ?

Sylvain Peretto : Non, je ne m’en suis pas ému ni refroidi, ni réchauffé non plus.

L-I : L’ancien maire de Lourdes a fait un choix. Qu’en pensez-vous ?

Sylvain Peretto : Je respecte son choix. J’en ai fait un autre. Moi, je n’ai pas changé de ligne. Certains qui sont ici avec lesquels nous avons travaillé ensemble dans des équipes différentes, n’ont pas changé de ligne non plus puisqu’ils nous ont rejoints.

L-I : Comment se passe le porte à porte ?

Sylvain Peretto : Le porte à porte se passe très bien. Nous sommes bien accueillis, avec respect. On nous encourage et on nous souhaite bon courage. J’ai ressenti cela et mes colistiers également.

(Recueillis par G.M.)