Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
     

Les vœux de Josette Bourdeu, maire de Lourdes

jeudi 9 janvier 2020 par rédaction

C’est avec une certaine émotion, elle l’a souligné d’entrée, que Josette Bourdeu a présenté, hier soir, à l’espace Robert-Hossein, ses vœux de bonne année, en tant que maire de Lourdes (pour la dernière fois ?), en présence d’une centaine de personnes, y compris les élus. Force est de reconnaître que c’est bien peu. Au premier rang des personnalités, on remarquait Gérard Trémège, président de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, Chantal Robin-Rodrigo, vice-présidente du conseil départemental, Pascale Péraldi, conseillère régionale, moins d’une dizaine de conseillers municipaux. Dans l’assistance, on a pu apercevoir Mgr Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, Mgr Ribadeau-Dumas, recteur du Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes, Guillaume de Vulpian, directeur général du sanctuaire de Lourdes. On n’a pas vu beaucoup de présidents d’associations et de clubs sportifs. Bref, une cérémonie pas très folichonne.

L’allocution de Josette Bourdeu

Mesdames et Messieurs les Conseillers Régionaux et Départementaux, Monsieur le président, cher Gérard,

Mesdames, Messieurs les élus de Lourdes et de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, chers collègues,

Monseigneur Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes

Monsieur le Recteur du Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes, Monseigneur Ribadeau Dumas

Mesdames et Messieurs les Présidents, directeurs, et administrateurs d’associations et d’institutions publiques et privées,

Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

C’est non sans émotion que je m’adresse à vous ce soir.

Il s’agit en effet de la dernière fois de ce mandat que j’ai le plaisir, mais aussi l’honneur, de vous présenter mes vœux au nom de la Ville de Lourdes. Dans quelques semaines, nos concitoyens seront appelés à voter pour élire leur nouveau maire. Un moment toujours très important dans la vie d’une cité et, au-delà, dans la vie du pays lui-même, tant les maires que nous sommes constituons les primo-intervenants de l’action publique, en prise directe avec le quotidien « concret » des Françaises et des Français, selon la formule finalement assez juste du président Macron.

Je vois ce soir parmi vous les visages amis d’un certain nombre de mes collègues élus, hommes ou femmes maires de communes petites et grandes de notre territoire. On a tous nos raisons pour avoir voulu nous engager sur ce chemin exigeant et tout le contraire d’un long fleuve tranquille qu’est la gestion de la ville ou du village dans lesquels nous habitons ; où, pour la plupart d’entre nous, nous avons eu le privilège de grandir, de partager les bons et les mauvais moments de la vie ; où chaque coin de rue évoque son lot de souvenirs et chaque visage une connaissance.

De la même manière, on a tous nos raisons au sein d’une équipe municipale de vouloir franchir ce pas qui est celui du passage à l’acte, quand il est toujours plus simple de revendiquer ou de s’opposer.

Cet engagement n’est jamais celui d’un homme seul ou d’une femme seule face à des ambitions purement personnelles mais celui d’un collectif porteur d’un projet avec ce que cela comporte de détermination, de sacrifices et de

dévouement, mais aussi de sens de la conciliation et du compromis. Il exige de chacun, sa part de fidélité et de loyauté, non pas à une personne mais à des valeurs qui nous obligent au quotidien, envers chacun de nos concitoyens.

C’est le contrat que nous avons passé ou que nous sommes éventuellement appelés à passer avec eux à chaque nouvelle élection. Il comprend, entre autres exigences auxquelles nous ne devons pas déroger, un principe essentiel à mes yeux, celui d’avoir la capacité à travailler avec tous sans être au service de l’un ou de l’autre, dans le respect du bien commun et de l’intérêt général. Et ce, dans l’idée que l’on se fait de ce que servir sa ville nous demande.

Au terme de ce mandat, je tiens donc plus particulièrement à remercier toute mon équipe qui a partagé avec moi ces mêmes valeurs, ces mêmes exigences face aux très nombreuses épreuves qui ont été les nôtres durant ces six années, et face aux très nombreux défis que nous avons été appelés à relever. Je pense bien sûr à la nécessaire sécurisation de la zone touristique et de son périmètre sacré qui s’étend aux environs immédiats du Sanctuaire ; je pense également à la reconquête de l’attractivité touristique de notre ville sur le plan national et international dont témoignent pour la deuxième année consécutive les bons chiffres de la fréquentation en nette progression ; à la redynamisation de notre centre-ville, de ses commerces, mais aussi au-delà, de nos quartiers populaires ; à la restauration et à la consolidation de notre patrimoine bâti ; je pense enfin au redressement de notre situation financière dont dépend au final notre capacité à agir. Redressement qui permettra à l’équipe en responsabilité à l’issue du prochain scrutin d’avoir une plus grande marge de manœuvre.

Car s’il me fallait aujourd’hui qualifier la tonalité générale de cette mandature, je parlerais d’un mandat de l’urgence. Une urgence qui nous a contraint à un sens aigu de ce que sont nos responsabilité d’élus et, pour chacun d’entre nous, à une réactivité de tous les instants, avec la plus grande humilité mais aussi avec fermeté quand la situation le justifiait.

Pour tout cela, pour leur énergie, leur constance à avoir voulu tracer le chemin du progrès, entre plus d’équité, notamment fiscale, pour les Lourdaises et les Lourdais, et la nécessité d’une réelle justice sociale, je suis profondément reconnaissante à mon équipe. A ceux qui sont toujours là, à mes côtés et aux côtés de nos concitoyens, pour agir de façon toujours aussi ouverte et constructive, malgré les coups bas que nous avons pu connaître, malgré les petites et grandes trahisons auxquelles nous avons été confrontés.

Il est aujourd’hui de bon ton de vouloir jeter aux orties les vieux habits de la politique. A l’inconstance du moment, permettez-moi de préférer cette fidélité-là, cette loyauté-là, qui se traduisent d’abord en actes, sur le terrain, y compris au risque de l’impopularité ; qui se traduisent ensuite par des principes de probité et de justice, des valeurs humanistes et de progrès tels que je les ai toujours défendus. Pour ma part, je n’ai jamais varié dans mes convictions et dans ce qui demeure depuis plus de 20 ans les raisons de mon engagement politique, de mon engagement dans la vie publique.

C’est au titre de cette expérience que j’ai toujours refusé de céder aux affrontements stériles et aux rivalités partisanes qui n’ont d’autre objectif que de diviser et de prendre en otage l’action municipale. Je tiens également à profiter de cette tribune pour dénoncer, une fois de plus, le piège des réseaux sociaux devenus le refuge d’individus qui, toujours prompts à céder à tous les populismes, ne cherchent qu’à nous enfermer dans une logique d’acharnement et de haine où triomphent sans entrave le mensonge et la salissure.

Nous y opposons, et nous les revendiquons, notre indépendance et nos ambitions ; et j’ose le dire, notre courage ! Notre courage à avoir voulu tordre le cou à ce que d’aucuns, en leur temps, ont tenté de réduire à une simple fatalité ; notre courage à n’avoir jamais baissé les bras ou céder aux pressions.

Lourdes est tout le contraire d’une petite ville. Son destin singulier, son histoire d’une formidable richesse, sa situation privilégiée aux pieds des montagnes en témoignent. Notre ville demeure une vitrine exceptionnelle pour notre territoire, que ce soit en France comme un peu partout dans le monde. La raison pour laquelle nous avons toujours privilégié de travailler avec nos différents partenaires, qu’ils soient institutionnels ou privés, comme le Sanctuaire.

A ce titre, c’est pour moi l’occasion de remercier les services de l’Etat pour leur efficacité, leur écoute et leur soutien, notamment sur les questions de sécurité. J’en profite également pour remercier tous nos partenaires financiers qui auront soutenu, souvent à des niveaux très importants l’ensemble de nos projets et de réalisations, qu’il s’agisse de l’Etat, de la Région ou encore du Département.

J’ai évoqué précédemment cet esprit collectif qui n’aura jamais cessé de nous animer, mon équipe et moi-même, tout au long de ces six années. Les intérêts d’une collectivité dépassent aujourd’hui les strictes limites de son territoire propre. Et je ne peux que me féliciter du travail accompli à ce jour par la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées dont dépend désormais un certain nombre de projets. Des projets que nous avions précédemment initiés sous la bannière municipale et qui sont très importants pour l’avenir et le développement de notre ville. J’ai toujours pensé qu’il était indispensable de savoir mettre en commun nos forces pour permettre à certains dossiers aux ambitions marquées d’émerger dans les meilleures conditions possibles.

Cela est également vrai avec le SIMAJE en ce qui concerne la petite enfance et les écoles du pays de Lourdes ; avec le SYMAT en ce qui concerne le ramassage et le traitement des déchets ; ou encore le PLVG pour ce qui est de la compétence GéMAPI et notamment la prévention des inondations.

Je souhaiterai enfin avant de conclure mon intervention exprimer ma profonde gratitude et celle de l’ensemble des Lourdaises et des Lourdais, envers les représentants des forces de sécurité et de secours. Leur présence est essentielle dans le quotidien d’une commune, qui accueille chaque année plusieurs millions de visiteurs, comme l’est le maintien à proximité des différents services publics. Cela doit demeurer une priorité.

Merci aux présidents de nos clubs sportifs et de nos associations culturelles, patriotiques ou sociales qui, eux aussi, s’engagent à leur manière et non des moindre dans la vie de la cité. Leur présence, leur mobilisation sont exemplaires et contribuent aussi à l’image fraternelle de Lourdes.

Et merci enfin aux différents services de la Ville de Lourdes qui, ces dernières semaines, se sont donnés sans compter, une nouvelle fois, pour que les fêtes de fin d’année soient parmi les plus belles. Leur succès populaire est une récompense amplement mérité. Et j’ai cru comprendre qu’on était même venu de Tarbes pour y assister. C’est dire !

C’est, vous l’avez compris, dans un contexte très particulier que je m’adresse à vous ce soir pour la dernière fois de ce mandat. Un contexte qui est celui, contraignant à raison, de la période pré-électoral qui m’interdit de vous dire dans le détail, comme le veut la tradition, ce qui a été fait ces derniers mois et au fil des ans, par la municipalité. Je m’arrête donc là.

On entend beaucoup parler, en ces temps d’élections et de grandes promesses, de démocratie participative, d’engagement citoyen et de concertations à tous crins qui feront de nos villes et de nos villages les nouveaux joyaux à venir de notre quotidien... Il n’est pas inutile de rappeler aussi à cette occasion que la première des participations à la vie d’une collectivité commence par soi-même. En effet, il appartient à chacun d’améliorer notre cadre quotidien par le respect d’un certains nombres de règles élémentaires. Un premier pas à la portée de tous pour que notre ville demeure un lieu où il fait bon vivre.

L’action municipale, quant à elle, ne saurait connaître d’intermittence. Je m’engage à être votre maire jusqu’au bout, sans autre considération que de servir au plus juste les Lourdaises et les Lourdais, ainsi que le rayonnement de notre cité, comme nous l’avons fait, mon équipe et moi-même, depuis le début de ce mandat. Et nous l’avons fait en nous fixant un nouvel horizon, une nouvelle frontière, qui, au final, nous ont permis de faire entrer Lourdes dans le 21e siècle.