Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Le Football Club Lourdais a son musée à la médiathèque de Lourdes

mardi 1er octobre 2019 par rédaction

Il y avait du monde hier lundi, à 12h, à la médiathèque du Pays de Lourdes. Un moment à marquer d’une pierre blanche pour le Football Club Lourdais XV qui a inscrit son nom à 8 reprises entre 1948 et 1968 sur le fameux bouclier de Brennus. L’amicale des anciens joueurs du FCL pilotée par le trio Michel Hauser - Pierre Masseboeuf - Jean Philippe Mounaix est parvenue à convaincre Karine Aristin, directrice de la médiathèque, d’accueillir dans ses locaux le musée du FCL qui raconte un siècle d’histoire du rugby lourdais. Gérard Trémège, le président de la communauté d’agglomération, a donné son accord et s’est déplacé pour venir l’inaugurer.

Parmi les champions de France lourdais, le plus ancien Lily Guinle qui porte bon pied bon œil ses 90 ans, était l’objet de toutes les attentions. Parmi les joueurs ayant remporté le dernier titre, on remarquait Jean-Pierre Latanne, André Campaes, Michel Arnaudet, Claude Douat, Kiki Escouteloup. Jean-Pierre Garuet et Michel Crémaschi, piliers lourdais internationaux, reformaient avec le talonneur tarbais Philippe Dintrans une première ligne internationale entièrement bigourdane. Remarqué également Jeannot Sillières, ailier international du Stado. Bref tout cela fleurait bon une autre époque, des années où le FCL a fait briller haut les couleurs bleu et rouge. Il n’y avait pas que les anciens champions de France, ceux qui avaient porté le maillot bleu et rouge avaient été invités. Impossible de tous les nommer. Les fidèles supporters n’avaient pas été oubliés. On pense notamment au Rabastenais Jeannot Loncan, un inconditionnel du club. Les confrères Jean Abadie et Michel Corsini, mémoires vivantes du FCL, auteurs de remarquables ouvrages sur le FCL, étaient bien sûr présents. Tout comme Gérard Lescure, un collectionneur exceptionnel, fervent supporter du FCL, demeurant à Aurillac et dont les très nombreux clichés remontent à l’époque de Jean Prat.

Michel Corsini a prononcé le discours d’ouverture.

L’allocution de Michel Corsini

Créé en 1911, le Football Club Lourdais compte aujourd’hui…108 ans. Soit l’âge d’un vénérable vieillard qui mérite bien d’avoir un musée permanent qui relate les faits et gestes de sa longue existence. Un musée que Michel Hauser, Michel Crauste et Jean-Pierre Masseboeuf dont on ne rappellera jamais assez l’investissement de ces joueurs, devenus dirigeants ensuite, appelaient de tous leurs vœux depuis des décennies. Leur persévérance est aujourd’hui récompensée, aidés dans leur entreprise par Karine Aristin avec l’accord de Mme le Maire de Lourdes et de M. le Président de l’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées.

108 ans résumés pour une merveilleuse histoire d’hommes, qui après quelques balbutiements dans les couleurs de leurs maillots, optèrent pour le vert et blanc avant d’épouser définitivement le bleu et le rouge.

Au fil des ans, de prestigieux joueurs se sont mués en guerriers, défendant bec et ongles notre cité, comme leurs ancêtres, jadis, repoussaient les ennemis qui donnaient l’assaut au château-fort !

Et ils ont remporté de bien belles victoires…dont les plus prestigieuses figurent sur le Bouclier de Brennus, boutant tour à tour, Toulonnais, Perpignanais, Montois, Dacquois, Racingmen, Mazamétains, avec le capitaine Jean Prat, affublé par les Britanniques de ce surnom ô combien honorifique de M. Rugby, puis les Biterrois vaincus par les hordes du ‘’Terrific’’ Henri Domec et enfin à nouveau les gens de la Rade, après la paralysie du mois de mai 68, qui s’inclinaient face aux troupes du Mongol, Michel Crauste.

Voici brièvement ce succédané de titres à grand spectacle. Auxquels nous aurions pu ajouter ceux du Challenge Yves Du Manoir, de la Coupe de France ou du Challenge Béguère. Le F.C.L c’est un club qui a disputé 47 finales pour 38 titres glanés de haute lutte, toutes équipes confondues…

Des premiers pionniers tels Emile Domec, Noël, Ricarte, Robert Soro à la pléiade d’internationaux immortalisés par la fresque qui ceinture notre stade, de nombreux joueurs défilent dans nos mémoires, certains perdus dans l’oubli, parfois, et que ce musée va faire émerger de l’ombre. Ce que Baudelaire résumait ainsi : ‘’Dans le présent, le passé est restauré’’

Ils ont tous mouillé la tunique pour nous permettre d’assouvir nos rêves, et grâce à ces guerriers, d’avoir la fierté d’une petite ville qui n’a jamais eu peur de la grosse métropole. Parce que si l’imaginaire se nourrit de souvenirs, si l’oubli est une condition d’existence, rappelons ce que Marcel Proust écrivait :’’Un match de rugby, ce n’est pas 80 minutes d’efforts bestiaux, c’est un vase rempli de parfums, de sons…c’est une vie’’. 

Pour Jean Prat, ‘’le FCL était un club d’académiciens’’.

Pour Michel Crauste, c’était ‘’le club qui a élevé le rugby au niveau de l’art’’.

Profitons encore de ce maillot ‘’ bleu et rouge’’.

Dans 100 ans, il n’existera plus, je le crains mais Dieu merci, tous ceux qui sont nés au pied du Pic du Jer ou du château-fort, ceux qui ont les ventricules bleus et les oreillettes rouges, continueront d’en parler.

Pour les jeunes qui entendront les anciens parler de rugby, ce musée sera le garant d’un sport qui aura donné ses lettres de noblesse à la ville de Lourdes. Et leur démontrer que, tout comme du temps d’Astérix, quelques Lourdais et Bigourdans ‘’bon teint’’, dans leur antre du Stade Antoine Béguère du nom de ce grand président, firent trembler toutes les équipes de France et de Navarre… et bien d’autres !

Merci à tous ceux qui ont permis cette réalisation.

Après Alain Abadie, adjoint au maire de Lourdes, représentant la maire Josette Bourdeu, Gérard Trémège prenait la parole.