Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

La note de la semaine écoulée : 0/10 à Subercazes

lundi 30 septembre 2019 par rédaction

Nous expliquons aujourd’hui les raisons pour lesquelles nous avons attribué un 0/10 au “shérif” municipal lourdais Subercazes.

En début de semaine dernière, cet adjoint chargé de la sécurisation de la cité mariale s’est pointé au commissariat de police avec deux policiers municipaux pour déposer une main courante à notre encontre. Cet élu est venu se plaindre, comme il le clame souvent, à l’instar de la majorité municipale, que nous faisions de la désinformation et tenions des propos diffamatoires. Et d’expliquer en gros que nous avons porté atteinte à l’intégrité et au professionnalisme des policiers municipaux et que nous cherchions à lui porter préjudice au plan professionnel.

Bien évidemment, nous n’avons jamais mis en doute le professionnalisme des policiers municipaux. Nous nous sommes bornés à contester l’efficacité du dispositif de sécurisation mis en place et en illustrer, photos à l’appui, les conséquences (avec les voitures régulièrement “embornées”), sans que soient mis en cause les policiers municipaux.

Dans sa main courante, Subercazes revient sur deux événements, que nous avions commentés dans un écho intitulé « Fake news or not fake news  », le jeudi 19 septembre 2019.

Les exemples de dysfonctionnement des bornes escamotables ne manquent pas. Ils ne sont pas imputables à la police municipale. Subercazes doit assumer. Le dernier remonte au 20 septembre. Tombées en panne la veille, au début du boulevard de la Grotte, elles auraient dû fonctionner, selon l’arrêté municipal du 19 septembre, le vendredi 20 septembre à 6h. Le 22 septembre dans la soirée, la réparation donnait la migraine aux services, les bornes ne marchaient toujours pas. D’où la décision d’installer d’abord une barrière, puis finalement un portique que nous avions annoncé bien avant que le quotidien régional n’en fasse état le 26 septembre. A notre connaissance, aucune information officielle de la mairie ne l’a souligné. Nous ne l’avons pas lu non plus sur le site officiel lourdes.fr.

Voilà pour les bornes. S’agissant de la profession du « shérif municipal », nous n’en avons jamais parlé, si ce n’est pour souligner ses interventions sur la vie des sanctuaires lors de conseils municipaux et à l’occasion de l’inauguration du centre de supervision urbain où il mettait en avant l’augmentation de 15% des pèlerins pour le pèlerinage national. Nous avions fait alors remarquer que cette augmentation s’appliquait sur les pèlerins inscrits (environ 8000) et non pas sur la fréquentation du 15 août.

Subercazes déclare qu’il ira plus loin sur le plan judiciaire s’il le faut. Voilà le genre de menace qui ne nous impressionne pas. Nous nous en tiendrons à user de la liberté de la presse, l’un des principes fondamentaux de la démocratie qui repose sur la liberté d’opinion et la liberté d’expression.

On retiendra la conclusion de la main-courante où Subercazes déclare que nous aurions pour habitude de tomber dans la diffamation. Rappelant au passage que nous avions comparu (avec Bruno Vinualès) devant la 17ème chambre correctionnelle de Paris suite à une plainte de l’ancien maire de Lourdes. Ce rappel est d’autant plus surprenant que le sieur Subercazes faisait partie de la délégation lourdaise montée à Paris pour défendre les prévenus qu’étaient Bruno Vinualès et votre serviteur.

La note de 0/10 s’explique aussi par la prestation de Subercazes lors du conseil municipal de vendredi soir. L’adjoint s’est fait remarquer par sa mauvaise habitude à interrompre bruyamment les interventions des opposants, notamment Angelika Omnès et Bruno Vinualès, avec des propos au ras du caniveau, comme lui a rappelé ce dernier. Ses interventions ont d’ailleurs valu à l’ancien maire Jean-Pierre Artiganave de demander à la maire Josette Bourdeu de « faire taire cet énergumène ».


C’est donc un Zéro pointé que mérite le sieur de Jarret. La ville de Lourdes vaut mieux que ça. Attendons le mois de mars prochain pour connaître le verdict des électeurs.

On est prêt néanmoins à revoir sa note si Subercazes nous prouve que son “merveilleux” dispositif a permis d’accroître la fréquentation de nos pèlerins et visiteurs et s’il a contribué à booster l’économie lourdaise.
G.M.