Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 

Inauguration des nouveaux locaux du collège-lycée Saint-Joseph Peyramale

lundi 16 septembre 2019 par rédaction

Vendredi 13 septembre, en fin d’après-midi, il y avait du monde dans la cour de l’école Saint-Joseph, rue de Bagnères, pour assister à l’inauguration des nouveaux locaux de l’établissement, suite notamment à l’extension sur la rue Bartayrès après l’acquisition suivie de la démolition du légendaire café des Inquiets. Frédéric Reynaud, directeur du lycée-collège Saint-Joseph , a ainsi accueilli Mgr Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, Josette Bourdeu, maire de Lourdes, Jean-Louis Cazaubon, maire de Poueyferré, José Marthe, conseiller départemental du canton de Lourdes 1 (et ancien de l’école Saint-Joseph), Guillaume Wroblewski, directeur diocésain, délégué épiscopal à l’Enseignement catholique, les frères mennaisiens, Chantal Devaux, la déléguée de Tutelle, les enseignants, des parents d’élèves et quelques-uns des 860 élèves que compte l’établissement.

Les discours

Mgr Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, s’est dit heureux d’être présent à cette inauguration et d’avoir mené ces travaux à bien. “C’est une chance pour le collège Saint-Joseph Peyramale de Lourdes et un encouragement pour tous les établissements catholiques des Hautes-Pyrénées. Cela prouve que l’on peut agrandir les collèges, les lycées, les écoles, que l’on peut avoir des projets pédagogiques nouveaux. Je félicite le directeur et l’OGEC de Saint Joseph Peyramale ainsi que la tutelle. Notre école catholique a un avenir à Lourdes et dans les Hautes-Pyrénées. Je note aussi qu’il y a une salle pour l’astronomie et le planétarium. Je félicite Philippe Pouzet. Je ne voudrais pas finir sans évoquer notre cher Père Duhar qui n’est pas là aujourd’hui. Il va très bien. Il est venu à Lourdes et a déjeuné chez sa mère avec une petite équipe de Lourdes. Je crois qu’il pense à nous ce soir. Il sera très content de vous retrouver le plus tôt possible. Mais je lui ai dit de ne pas revenir à la paroisse avant le 31 décembre pour qu’il se repose et qu’il guérisse”.

Pour Chantal Devaux, déléguée de Tutelle, “Réaliser un projet c’est rêver. C’est porter une vision, faire émerger, formaliser les idées, les partager avec vous. C’est se fixer un objectif et se donner les moyens d’y parvenir. Mener à terme une aventure comme celle-ci me conduit à entrer dans un univers à 5 dimensions : une dimension personnelle, une dimension sociale, une dimension d’écoute, une dimension économique, une dimension temporelle. Ne perdons jamais de vue le sens de notre émission. Il se fonde sur la mission éducative de notre fondateur : Jean-Marie de la Mennais”

L’allocation de Frédéric Reynaud,
directeur du collège Saint-Joseph Peyramale

“Nous voici réunis pour fêter l’inauguration et la bénédiction de nos nouveaux locaux.

Merci à toutes et à tous d’assister à cet important moment de la vie de notre école.

Je tiens tout particulièrement à remercier de leur présence Mgr Brouwet, évêque de Tarbes et de Lourdes, M. Wroblewski, directeur diocésain, nos frères mennaisiens, Mme Chantal Devaux, notre déléguée de Tutelle, M. Cazaubon représentant la Région, Mme le maire de Lourdes et tous les institutionnels qui nous ont rejoints.

Chers collègues, chers parents,

Pour vous faire comprendre la chronologie des faits de nos nouveaux bâtiments, je me dois de vous raconter la genèse de ce grand et beau projet.

Tout d’abord, une école ne peut fonctionner correctement que si elle est se met en projection dans l’avenir. C’est ainsi qu’en équipe naissent les ébauches des intentions pédagogiques pour chaque année, que nous nous retrouvons en concertation où nous discutons de la cohérence entre ce qui est vécu quotidiennement et le projet d’établissement transmis aux familles.

Mais notre mission est aussi celle d’assurer un enseignement de qualité dans des locaux adaptés à nos projets.

L’idée est née d’un premier projet qui a vu le jour en 2014-2015, alors que Stéphane dirigeait l’établissement.

Ce projet nécessitait de nouveaux mètres carrés.

C’est ainsi que l’OGEC de l’établissement s’est porté acquéreur du “bar des Inquiets” , une institution dans notre ville de Lourdes où il faisait bon, faire et refaire les matchs de rugby du week-end.

Ce projet devait aussi répondre aux impératifs de la loi de 2005 sur l’accueil du handicap dans les établissements scolaires.

Il devait enfin, anticiper de potentielles augmentations d’effectifs.

La devise de l’OGEC devenait donc “Faisons d’une pierre trois coups”.

En 2016, nous avons décidé de redessiner notre projet.

Un plan nouveau de 6 nouvelles grandes classes de cours, une salle d’éducation musicale et une salle d’arts plastiques.

Nous souhaitions y incorporer aussi un véritable pôle “astronomie”, pour mettre encore plus en lumière l’Astro Club Lourdais, avec un tout nouveau planétarium numérique, unique en France dans un établissement scolaire, sous sa coupole de 5m de diamètre, une salle pédagogique, et une terrasse d’observation.

2017-2018, devait être l’année de la réalisation.

Mais nous n’étions pas prêts. Nous devions encore travailler, affiner nos plans. Nous avons repoussé nos travaux à 2018-2019.

Tout devait être planifié, à la semaine près, là était notre première gageure car il fallait impérativement que la construction se réalise sur une année scolaire pour accueillir nos élèves au mois de septembre suivant.

S’agrandir pour grandir...

Pour que le bonheur d’enseigner ne disparaisse jamais !

Une année scolaire est le reflet de multiples moments précieux où chaque enseignant, assure avec talent sa mission : “ Faire grandir ”.

L’école c’est aussi une équipe, du personnel éducatif, du personnel administratif, du personnel d’entretien et de cuisine.

L’école, c’est des familles, des partenaires...

L’école, c’est avant tout des élèves.

Mais l’école ce n’est pas seulement une histoire de personnes. C’est aussi son Histoire, avec ses espaces et ses bâtiments.

Aujourd’hui il faut de l’audace pour porter de nouveaux projets et accepter de détruire une partie de l’ancien.

Une prise de risques positive. Le pari d’un bel avenir au service des enfants qui nous sont confiés.

Regarder demain avec confiance, c’était accepter pour notre OGEC des investissements conséquents nous permettant de créer pour cette rentrée scolaire plus de 1 300m2 de nouveaux espaces. Des espaces vivants, facteurs de la réussite annoncée des élèves les fréquentant.

Bâtir, c’est entretenir le plaisir, c’est prendre garde à l’élève, c’est l’accompagner au plus haut dans les meilleures conditions et l’aider à s’accomplir, à réaliser ses rêves.

S’agrandir pour grandir…

Jouer plus encore la carte de l’ouverture, de l’accueil individualisé, de l’école inclusive.

Nous aurions pu nous consacrer uniquement, à la reconstruction partielle, mais d’un tiers tout de même, de notre collège, mais il nous est paru indispensable d’intervenir aussi sur l’espace du fronton car nous savons tous que c’est aussi sur le terrain de la pratique sportive que se jouent les grands enjeux de l’éducation, de l’insertion et de la socialisation.

Le sport incarne le goût de l’effort, le respect de l’autre et de la règle commune, mais aussi le sens de la solidarité et la primauté du jeu collectif.

Je voudrais ici souligner l’apport remarquable pour le fronton, de notre équipe d’enseignants d’éducation physique et sportive. Ils y ont participé dès le début jusqu’à en dessiner, non sans un talent certain, la première esquisse.

Il fallait aussi que tout s’organise en bonne intelligence afin que les cours, avec moins d’espaces pendant un an, se passent bien.

Il fallait compter sur la compréhension de toute la communauté éducative de Peyramale, mais aussi sur celle des nos élèves, qui se voyaient amputés de plus de la moitié de leur espace récréatif et de leurs parents avec une nouvelle gestion des entrées et sorties même si elles ont été facilitées par le soutien efficace de la mairie.

Je voudrais ici remercier mon équipe pour son implication lors de l’origine du projet et de la patience dont elle a fait preuve lors des travaux, avec des conditions matérielles qui n’étaient pas toujours évidentes à vivre au quotidien.

L’équipe de l’OGEC devait aussi accepter d’engager des dépenses lourdes, avec de nouveaux soucis d’entretien et de réglementation.

Ce projet n’aurait pas été possible sans le soutien et la confiance de l’OGEC, de son président, M. Lacaze mais aussi de l’ensemble des membres du bureau et du Conseil d’Administration.

Une confiance doublée de celle de notre tutelle et de frère Louis son représentant.

C’était pour eux accepter d’engager financièrement notre établissement pour 15 ans.

C’était porter un regard confiant vers l’avenir, et surtout, c’était une volonté réaffirmée de tout mettre en oeuvre pour les élèves dont nous avons la charge.

Puis bien sûr, rien n’eut été possible sans le professionnalisme et l’accompagnement quasi quotidien du Cabinet d’architecte Peretto.

Comme un entraineur, il a su gérer ce chantier dès la première minute et jusqu’aux prolongations, guidant chaque entreprise comme un joueur, où le seul mot d’ordre était le collectif avant tout, capable de dézoner pour donner un coup de main quand c’était nécessaire, de changer nos plans d’attaque, avant d’aplatir avec succès, et de remporter le Brennus de ce beau projet.

Nous n’oublierons pas non plus toutes les entreprises qui sont intervenues, souvent, très souvent, avec succès et qui ont su répondre à un calendrier exigeant et à quelques uns de nos caprices.

Pour finir, rien n’eut été possible sans le soutien inconditionnel des familles qui nous confient leurs enfants.

Sans eux, il n’y a pas de match.

La partie est par avance perdue et chez nous il n’y a pas de division inférieure. Chaque parent nous confie ce qu’il a de plus cher.

Alors, seule l’excellence compte, pas forcement celle du résultat mais la capacité à prendre chaque enfant là où il en est, de le faire progresser et de l’amener vers sa propre voie d’excellence.

Pour terminer je voudrais remercier tout particulièrement Michel Azot et Jean-Marc Puyau, qui chaque vendredi matin, pendant toute la durée des travaux, m’ont accompagné aux réunions hebdomadaires avec les différents entrepreneurs et le cabinet d’architecte.

En conclusion, je vous envoie cette formule, qui je pense, retranscrit tout ce que l’équipe tient à dire du fond du cœur : “Nous en avions rêvé, l’OGEC l’a fait…”

===

Avant de procéder à la visite des nouveaux locaux, le moment était venu de couper le ruban symbolique autour de Mgr Brouwet et de Josette Bourdeu, maire de Lourdes, en présence de jeunes élèves.

>

===

Interview de Philippe Pouzet, président de l’Astro Club Lourdais et responsable du planétarium, le seul que l’on trouve dans un établissement scolaire, en France :