Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Lourdes : Journée Nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat Français et d’hommage aux Justes

dimanche 18 juillet 2010 par rédaction

Dimanche 18 juillet à 12h00, au monument aux morts a été célébrée la journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État Français et d’hommage aux justes, présidée par Monsieur Johann Mougenot, sous-préfet d’Argelès-Gazost, en présence du maire de Lourdes, d’adjoints et conseillers municipaux, des autorités de Police et des représentants des associations patriotiques, d’anciens combattants et victimes de guerre, et du souvenir français.

Les honneurs ont été rendus par un détachement du 1er Régiment de Hussards Parachutistes de Tarbes, les sonneries ont été interprétées par l’ Union Musicale Lourdaise, et les chants et hymnes par les Chanteurs Montagnards de Lourdes. Un lâcher de pigeons a été effectué avant le traditionnel vin d’honneur clôturant cette cérémonie.

Peu de lourdais s’étaient déplacés pour rendre hommage aux victimes. Le sous-préfet a fait lecture de la lettre du secrétaire d’État aux Anciens Combattants, soulignant « les circonstances dans lesquelles les victimes furent arrachées à leur foyer, faisant souvenir de la rafle du Vel d’Hiv et des déportations qui les ont conduites à Auschwitz, et à la mort. Cette rafle restera dans la mémoire collective comme le symbole de la collaboration de l’État Français avec le III ème Reich.. Le représentant de l’état a fait mémoire des arrestations, déportations et anéantissement par les S.S. des juifs, tsiganes et homosexuels, rendant hommage à ces justes qui avaient fait le choix de la dignité face à l’implacable machine des nazis, et qui dans l’ombre, apportèrent un soutien vital aux juifs persécutés, les cachant et les aidant à fuir, afin de sauver des innocents de la main du bourreau, tout comme l’ont fait les résistants. Nous nous souvenons aujourd’hui des persécutions des victimes de l’État Français, et de chacune d’entre elles. Nous nous souvenons des Justes de France. Nous nous souvenons des trois mots : Liberté Égalité Fraternité. Aucun de ces trois mots ne vaut l’un sans les autres. A nous aujourd’hui de les faire vivre. C’est comme cela que nous pourrons rendre hommage aux victimes et nous montrer dignes des Justes de France. Notre mémoire est une mémoire vivante, engagée, en action. Vive la République, Vive la France ».

Henri Soulet