Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Indemnisation des dégâts d’ours : où est la vérité ?

samedi 17 juillet 2010 par rédaction

La Commission d’Indemnisation des Dégâts d’Ours (CIDO) du Parc national des Pyrénées s’est réunie le mercredi 7 juillet 2010 à 15 h sous la présidence de René Rose. L’ordre du jour était l’examen des dossiers de dégâts d’ours incertains.

Selon un communiqué du Parc National des Pyrénées : « Depuis le 8 avril 2010, 21 constats de dégâts d’ours ont été instruits sur la zone du Parc national des Pyrénées, uniquement sur le département des Hautes-Pyrénées. 9 dossiers avaient déjà été vus lors de la première session du 9 mai dernier. Depuis cette date, les agents assermentés du Parc national des Pyrénées ont réalisé 12 dossiers dont 2 déclarés imputables et 10 déclarés incertains. Après avoir reçu toutes les explications sollicitées et après en avoir délibéré, les cinq membres de la commission ont pris les décisions suivantes pour les 10 dossiers incertains : En val d’Azun, 5 dossiers ont reçu un avis favorable d’indemnisation et 2 dossiers ont été rejetés, en vallée de Cauterets, 1 dossier a reçu un avis favorable d’indemnisation et en vallée de Luz, 2 dossiers ont reçu un avis favorable d’indemnisation ».

Curieusement, le communiqué croit bon de préciser que : « Les membres de la commission tiennent à souligner la qualité du travail des agents qui leur a permis de statuer et souhaite que l’instruction des dossiers se poursuive de la même façon et dans un bon état d’esprit de communication avec tous les acteurs locaux ».

Voilà des précisions plutôt étonnantes lorsque nous connaissons les conflits permanents existants entre les agents du Parc National et les acteurs des vallées et pas seulement avec les éleveurs mais également avec les élus locaux et les communes. Certains personnels, pas tous, sont tellement peu appréciés de la population qu’ils se font accompagner par les gendarmes. Quant à la qualité du travail, elle est de plus en plus contestée. La compétence des agents du Parc National est clairement mise en cause et des noms avec des témoignages précis ont été clairement cités dans une réunion privée. Le Préfet des Hautes-Pyrénées a convié les différents intervenants à une réunion à la Sous-préfecture d’Argelès, l’autre lundi matin. Selon nos informations, les gardes du Parc National n’ont toujours pas fait le constat sur deux brebis à Gèdre tuées depuis plus de 2 semaines. Dans plusieurs cas, il est fait état, par un maire et des éleveurs, de « dissimulation de preuve par négligence » avec pour certains agents du Parc, une volonté de réduire le nombre de prédations d’ours en se déplaçant tardivement et laissant faire le nettoyage par les rapaces. Lors d’une réunion récente de l’ASPP 65, il aurait été décidé de mandater un zootechnicien pour accompagner les éleveurs à chaque constat. Une procédure de plainte contre les agents du Parc National pourrait être envisagée.

Par ailleurs, le communiqué indique le nombre de dossiers mais ne fait pas mention du nombre de bêtes mortes, blessées et disparues.

Il apparaît clairement que le communiqué du Parc National cherche à cacher la vérité et la réalité du terrain. C’est normal. C’est la routine. Dès qu’il est question d’ours, le mensonge fait partie des règles de gestion du sujet conflictuel. Il en est ainsi depuis plus de 20 ans. La méthode n’a manifestement pas changé. Nous aurions également beaucoup à dire sur les localisations d’ours.

Louis Dollo