Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Jacques Barzu : « J’assume ! »

vendredi 2 novembre 2018 par rédaction

Les thuriféraires de service de la municipalité se complaisent dans un mélange des genres pour tenter de sauver le soldat Josette et eux-mêmes par la même occasion. Dans leur blog confidentiel marqué par l’amateurisme et la mauvaise foi, ils ont pondu un papier exempt de toute signature, comme d’habitude d’ailleurs. Il est bon de rappeler qu’avant 2014, ce blog était administré par Philippe Subercazes et Madeleine Navarro, aujourd’hui adjoints au maire. Ces derniers mois, ils sont parvenus à convaincre le mari de la conseillère Annette Cuq, proche de la maire de Lourdes, de rejoindre leur équipe. Et pour boucler la boucle, rien de mieux que de s’attacher les conseils du directeur du cabinet de Josette Bourdeu, par ailleurs mari de l’adjointe chargée du personnel. Voilà donc le quatuor sur lequel compte l’actuelle maire de Lourdes pour se maintenir au pouvoir en intoxiquant médiatiquement les Lourdaises et les Lourdais.

Le dernier exemple choisi par les sbires « bourdeusiens » s’intitule « L’arroseur arrosé ! ». Il visait par là Jacques Barzu, le président de l’intersyndicale des socio-professionnels lourdais. Dans une prose jouissive, ils rappelaient que celui-ci faisait partie de la liste conduite par José Marthe aux municipales de 2001 et que dans le programme figurait la vente des bancs de la grotte.

Nous avons rencontré Jacques Barzu qui nous a précisé que l’intersyndicale s’était préoccupée cette année de ce problème parce que les titulaires des bancs de la grotte n’avaient été informés de la décision de la maire de Lourdes que par voie de presse, suite à une conférence de presse en mairie. L’information n’avait pas circulé auparavant. C’est la raison pour laquelle deux réunions avec les socio-professionnels ont eu lieu, la première ayant rassemblé plus de 100 personnes. Chaque fois avant que le débat s’instaure, Jacques Barzu avait fait observer qu’il faisait partie en 2001 d’une liste qui avait dans son programme un projet de vente des bancs de la grotte. Mais un projet qui était lié à la redynamisation du centre ville avec l’installation de petites échoppes artisanales autour du château. « Il y a 17 ans, le contexte économique était différent, précise Jacques Barzu. Les sondages qui avaient été effectués auprès des commerçants concernés étaient largement favorables à cette démarche qui se basait sur le volontariat. Rien n’était imposé aux titulaires des bancs de la grotte. Au cours des deux réunions récentes provoquées par l’intersyndicale, la critique a porté sur la forme et pas sur le fond. Il n’a jamais été conseillé à quiconque de ne pas répondre aux propositions d’achat formulées par la municipalité. Ce qui nous a interpellés c’est la position de la municipalité à l’égard des petits commerces - « ces petits commerces tout petits qui empêchent l’évolution commerciale normale, est-ce qu’on reste au 20e siècle ? » Au profit de qui ces petits commerces doivent-ils disparaître ? Les petits commerces de nos centres-villes ont été et restent un lien social auprès de la population. Ces petits commerçants qui créent leur propre emploi, payent leurs charges et qui n’ont droit à rien lorsqu’ils rencontrent des difficultés. Nos alertes successives auprès des pouvoirs publics ont fait prendre conscience à ceux-ci qu’il était nécessaire de prendre des dispositions, d’où l’action « Cœur de ville » dont va bénéficier la ville de Lourdes. »

Et de conclure : « J’assume donc d’avoir été, il y a 17 ans, favorable au projet de la liste à laquelle j’appartenais et aujourd’hui d’assumer mon rôle d’accompagnement des professionnels concernés en tant que président de l’intersyndicale ».

G.M.