Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

SAINT-PÉ de BIGORRE. : Conférence organisée par « Les amis du vieux Saint-Pé » Lundi 8 octobre 2018 à 20 heures 30 à la salle des fêtes

vendredi 5 octobre 2018 par rédaction

Juste après la fin de la première guerre mondiale, les aviateurs démobilisés ont tenté d’incroyables exploits…

En octobre 1918, Il y donc exactement un siècle, le monde subissait encore les affres de la première guerre mondiale. En quatre années, ce conflit avait engendré un essor inattendu de l’aviation. Le conflit avait débuté avec quelques dizaines de petits appareils d’observations, mais les militaires ont été rapidement équipées de chasseurs offensifs, puis de bombardiers.
En fin de guerre, les usines aéronautiques qui avaient déjà fabriqué près de 50 000 appareils de tous types, produisaient un avion tous les quarts d’heure. Les alliés disposaient alors de plusieurs types de bombardiers lourds ayant des performances suffisantes pour aller pilonner Berlin. Si l’armistice du 11 novembre 1918 avait ouvert la voie de la paix, il avait engendré la tristesse face au désastre humain qui avait frappé l’Europe.

Toutefois, la population respectueuse voulait aussi que la vie reprenne son cours.
Ce fut alors le départ des « Années folles », et l’époque des aventuriers des airs.

Cela d’autant plus qu’il y avait des milliers d’avions militaires alignés sur les parkings et que de très nombreux équipages voulaient démontrer que l’aviation de guerre était susceptible de se reconvertir rapidement dans le transport civil pour maintenir le savoir-faire acquis et perpétuer les activités industrielles.

Ainsi, dès la fin de l’année 1918 et au début 1919, les constructeurs et pilotes tentèrent des records aéronautiques très audacieux. Cependant, réussir des exploits réputés impossibles et périr ensuite au cours de missions banales, fut souvent inscrit dans le destin des premiers aviateurs.

Cette conférence organisée par « Les amis du vieux Saint-Pé » sera animée par Christian Falliéro, pilote privé, membre du comité d’aviation et des amis du musée de l’aéronautique du Bourget. (Entrée libre)