Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Christian Agius, vert de rage, après la décision de la municipalité de fermer le parking Peyramale

mercredi 3 janvier 2018 par rédaction


Pas de trêve des confiseurs pour Christian Agius, président du comité de vigilance lourdais, déjà en première ligne par ailleurs pour combattre la pose des compteurs Linky. En fin d’après-midi, il a tenu sa première conférence de presse de l’année et comme à son habitude il n’a pas fait dans la dentelle. La maire de Lourdes Josette Bourdeu et sa municipalité en ont pris pour leur grade. Premier sujet qui met hors de lui cet ancien élu : la fermeture du parking Peyramale.

"J’ai été étonné, dit-il d’entrée, que l’on ferme ce parking qui est là depuis 25 ans. Il y a toujours eu de l’eau dedans. Ce qui me surprend, c’est qu’il y en a qui sont à la mairie depuis quatre ans et qui découvrent qu’il y a de l’eau dans ce parking. J’ai donc été surpris que l’on ferme le parking arbitrairement, sans même respecter les 127 abonnés qui n’ont pas même eu droit à une lettre pour les avertir qu’ils devaient s’en aller. C’est de l’irrespect pour les abonnés et les commerçants. Je me demande si c’est légal ce qu’ils ont fait. Ce mot sécurité commence à devenir fatiguant. On massacre un rond-point pour la sécurité, on refait le pont Pomès pour la sécurité. Ce sont des arguments qui commencent à être un peu éculés. Tellement ils sont mauvais, c’est l’incompétence à l’état pur".

MP3 - 3.7 Mo

Christian Agius n’a pas apprécié d’autre part que Josette Bourdeu dise que des parkings gratuits existent, le Lapacca notamment, pour pallier les places de parking supprimées. On écoute ci-dessous sa réaction :

MP3 - 917 ko

Le pont Pomès est l’autre sujet rapidement abordé. «  La municipalité avait promis aux socioprofessionnels qu’il serait à deux voies. Quand on voit ce qui est fait et ce que cela a coûté, on nous parle maintenant du prolongement de l’avenue Peyramale. (…) On fait rire la planète, déjà qu’elle n’est pas belle notre ville. On la défigure en mettant cette ferraille au milieu ».

MP3 - 1.3 Mo