Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

La conférence de presse d’Anjelika Omnès, conseillère municipale

vendredi 8 septembre 2017 par rédaction

Passée désormais dans l’opposition municipale, Anjelika Omnès, ancienne colistière de Josette Bourdeu, a souhaité aborder hier, en conférence de presse, un certain nombre de points sur la situation lourdaise ces derniers mois.

ETAT GENERAL DE LA VILLE

Sur le plan de la propreté, nous pouvons tous constater que l’état général de la ville n’arrête pas de se dégrader. Les quartiers de la ville sont sales, les rues sont en permanence retournées pour on ne sait plus quels travaux d’enfouissement ; d’autres manquent de travaux d’entretien.

De grands chantiers sont initiés dans la partie touristique en pleine saison. Dans les autres villes touristiques les travaux sont effectués hors saison, afin que les touristes puissent profiter pleinement de leur séjour. A Lourdes nous accueillons en grande partie des personnes avec des handicaps de toutes natures. Il serait logique que dans la zone touristique les travaux soient réalisés hors saison et dans les autres quartiers - pendant la saison - car les désagréments ne sont pas les mêmes.

Je regrette que l’élu en charge des travaux, socio-professionnel lui-même, ne se soit pas davantage préoccupé de l’état de la voirie. Au contraire, il s’est simplement contenté de se vanter de sa propre négligence dans la presse. Il lui aura fallu plus de 45 jours pour faire reboucher un trou de 50cm de diamètre sur un des trottoirs les plus passants. Et c’est parce que la polémique est apparue sur les réseaux sociaux que les services de la ville sont intervenus. C’est triste d’en arriver là, alors que la demande a été faite lors d’une commission des travaux.

Il n’est pas normal, lorsque les pèlerins viennent à Lourdes, qu’ils repartent avec comme souvenir une minerve au cou, la clavicule cassée, des cocards sous les yeux parce qu’ils se sont pris les pieds dans les trous des chaussées et des trottoirs mal entretenus de la ville. Mais surtout ils repartent avec la vision de travaux sans queue ni tête.

OCCUPATION ANARCHIQUE DU DOMAINE PUBLIQUE

Voici un autre phénomène auquel nous assistons depuis des mois. Alors que Madame le Maire et son Adjoint à la circulation mènent une politique sans concessions et au millimètre près, contre l’occupation du domaine publique par certains socio-professionnels, des terrasses de café et de restaurant sont autorisées en dépit de toute préoccupation de la sécurité des piétons. Je parle notamment de la terrasse Amalfi, rue de la Grotte. Mais ce n’est que le dernier exemple en date. Son emplacement est dangereux.

D’une part, les piétons sont obligés de se serrer contre les structures fixes de la terrasse pour ne pas se faire accrocher par les rétroviseurs des véhicules, ce qui arrive déjà. Et comme elle se situe à mi-côte, cela oblige les véhicules à s’arrêter pour laisser passer les piétons. La plupart du temps ils se contentent de les klaxonner. Imaginez-vous une personne en fauteuil roulant qui se trouve coincée.

Je suis d’autant plus scandalisée que les conducteurs du City bus et du Petit train, délégataires de service public, ont pris pour habitude de klaxonner et d’insulter les piétons, excédés de devoir ralentir voir redémarrer à mi pente. En tant que délégataires d’un service public, ils doivent être exemplaires dans leur conduite, s’ils ne peuvent pas changer la configuration des lieux.

D’autre part, cela accentue la pollution dans la rue, pollution pour laquelle Madame le Maire a déjà été avertie, ainsi que d’autres services de l’Etat. Mais rien n’a été fait à ce sujet.

J’appelle Madame le Maire à y remédier et non pas à aggraver la situation, en transformant les rues en piste de bowling où les piétons font office de quilles.

SECURITE DES PELERINS ET DES LOURDAIS

Cela fait plus d’un mois qu’un groupe de voleurs, une vingtaine, connus défavorablement par les services de la police nationale, sévit à Lourdes. Ils s’attaquent aux personnes faibles, aux femmes seules, aux personnes âgées pour leur dérober les portefeuilles ou les bijoux. Des Lourdais se sont fait dérober au centre-ville, dans les petites rues isolées. Une main courante a été déposée par un commerçant, photos à l’appui. Les silhouettes des concernés ont été publiées sur les réseaux sociaux, dont l’adjoint à la sécurité est un membre habitué. La chef de la police municipale a été avertie la veille du 15 août. Ce groupe est toujours présent à Lourdes et continue de dépouiller les pèlerins et les Lourdais. Encore aujourd’hui, ils étaient présents à la sortie de l’église paroissiale. Cela fait au moins un mois qu’ils agissent en toute tranquillité.

Les Lourdais aimeraient savoir quelles actions ont été ou vont être entreprises par Madame le Maire et l’Adjoint à la sécurité ? Y a t-il eu un rapprochement avec les services de la police nationale ou de la préfecture pour remédier au problème. Qu’en est-il des caméras de vidéo-surveillance qui ont été installées il y a quelques semaines ? La zone technique de visionnage est-elle fonctionnelle et les agents sont-ils en place ? Pourrait-on rassurer les Lourdais qu’ils ne reviendront pas à Lourdes l’année prochaine ?

C’est encore une image négative que les visiteurs amèneront de leur séjour à Lourdes.

GESTION COMMUNALE ET ABSENCE DE PROJET COHERENT

La gestion de la commune manque de vision globale, à moyen et à long terme. Des décisions sont prises au cas par cas. Des projets incohérents sont lancés sans concertation, sans information. Des études coûteuses à opportunité discutable sont initiées.

Madame le Maire et ses adjoints préfèrent se cacher derrière les employés de la ville et se décharger de toute responsabilité. Alors que les employés agissent sous ses ordres, elle limite son action à la simple signature. Lorsqu’on est élu, on ne se contente pas simplement de signer mais on doit chercher les meilleures solutions pour garantir le bien-être, la sécurité et la santé des Lourdais.

INSTALLATION DE DEUX ANTENNES FREE SUR LE TOIT DE LA CONSERVERIE TOUPNOT

J’aimerai finir par un sujet important : il s’agit de la pose d’antennes de téléphonie sur le toit de la conserverie Toupnot.

J’ai demandé à Madame le Maire de retirer la déclaration préalable autorisant la pose de ces antennes. La loi Abeille (loi qui réglemente l’exposition aux ondes électromagnétiques de la population) prévoit la possibilité pour le maire de demander à l’opérateur de faire une étude d’exposition des riverains aux ondes électromagnétiques. Je sollicite Madame le Maire à demander cette étude à l’opérateur Free et d’en porter le résultat à la connaissance du public par les moyens qu’elle jugera utiles, comme le permet la loi Abeille. Je m’étonne que Madame le Maire, que son métier d’infirmière a fait côtoyer des personnes souffrant de pathologies liées à l’environnement moderne, ne l’ait pas encore fait. La santé des Lourdais ce n’est plus sa tasse de thé.

Par ailleurs, nous avons été trois conseillères municipales à s’opposer en bureau municipal à l’installation des compteurs communicants pour le Gaz-Gazpar. Ce sont des antennes émettrices d’ondes qui servent à la transmission à distance des informations des compteurs de gaz.

A deux reprises la délibération autorisant leur installation a été retirée à notre demande. Lors du dernier CM j’ai posé la question de savoir si des concentrateurs pour les compteurs communicants ont été posés et si oui combien. Madame le Maire a refusé de répondre à cette question. Refus que je ne comprends pas.

Si nous ne manquons pas de relais de communication à Lourdes, c’est la communication entre la municipalité et les Lourdais qui fait terriblement défaut à ce jour.

Je sollicite sa réponse publique à ce sujet.

Derrière des slogans et des propos d’autosatisfaction, Lourdes inspire aujourd’hui la désolation. Lourdes n’est pas aujourd’hui une ville digne et adaptée aux enjeux du XXle siècle comme cela se doit d’être.

Il est grand temps que Madame le Maire descende de sa voiture avec chauffeur et arpente enfin les rues de la ville dont elle a la gestion pour voir ce que s’y passe réellement.

Anjelika Omnès