Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
   
 
  
 

Dispositif de sécurisation renforcée dans le cadre du pèlerinage National

vendredi 11 août 2017 par rédaction

Ce vendredi matin, Béatrice Lagarde, préfète des Hautes-Pyrénées, a détaillé, lors d’une conférence de presse, le dispositif de sécurisation renforcée mis en place dans le cadre du déroulement du pèlerinage national qui se déroule à Lourdes, du 11 au 16 août 2017. Ce dispositif résulte d’une coproduction de sécurité entre la ville de Lourdes, les Sanctuaires, et l’État. La menace sur le territoire national reste élevée, elle est toujours diffuse. « Il n’y avait pas de raison de minorer par rapport à 2016 le dispositif mis en place, explique d’entrée la représentante de l’Etat. En revanche, je tiens à préciser qu’il n’y a pas de menace ciblée sur Lourdes, pas plus cette année qu’il n’y en avait l’année dernière. Nous n’avons pas d’indication des services de renseignements nous disant qu’il y ait une menace ciblée particulière sur ce site à l’occasion de cet événement. Mais nous prenons en compte la menace nationale sur l’ensemble du territoire qui reste à un niveau élevé ».

 

 Même dispositif qu’en 2016

« En ce qui concerne la montée en puissance des forces de sécurité, nous serons sur la même épure que l’année dernière, c’est-à-dire qu’entre policiers, gendarmes et militaires, il y aura environ 300 effectifs sur site. A l’intérieur du site des sanctuaires, nous aurons une unité PROTERRE 1, soit une trentaine de militaires. Pour la sécurisation des abords immédiats des accès à la ville, nous aurons en police nationale trois forces mobiles jusqu’à la fin du pèlerinage des gens du voyage. Il y aura deux forces mobiles pour le pèlerinage de l’ascension. Nous aurons des renforts départementaux (équipes motocyclistes, Bac, police judiciaire). Nous disposerons de renforts zonaux pour les mêmes services. Nous aurons une surveillance aérienne du site par un avion de la police de l’air aux frontières de la Haute-Garonne avec un enregistrement vidéo du site et renvoi d’images au PCO. Les gendarmes quant à eux sécuriseront les axes d’entrée à la ville et l’aéroport. Nous aurons des effectifs de la brigade de gendarmerie des transports aériens dans l’enceinte de l’aéroport qui seront renforcés par des gendarmes de la compagnie de gendarmerie de Tarbes qui assureront la surveillance aux abords du site aéroportuaire ».

Deux phases

« Les moyens seront déployés en deux phases : du 11 au 16 août, il y aura des contrôles en zone gendarmerie et autour de Lourdes avec la mise en place et la gestion d’un axe rouge qui préserve l’accès au secours. À partir du 16 août, sera mis en place un dispositif fixe pour gérer le pèlerinage des gens du voyage. Ce n’est pas l’objet de la conférence de presse d’aujourd’hui mais comme certains renforts de forces sont regroupés pour les deux événements, c’est pour cela qu’il y a des zones communes entre les deux pèlerinages ».

 

Système SARIS à l’intérieur des Sanctuaires, équipes de déminage

 

« Comme l’année dernière, j’ai demandé et obtenu le système Saris, système mis en place par les CRS, de six caméras vidéo de protection déployées à l’intérieur des sanctuaires avec un report d’images au PC. Ça permet d’avoir une vision instantanée du site et de permettre une réactivité accrue du commandement et des opérationnels. En clair, cela signifie qu’à partir du PC, on voit des images des sanctuaires et on peut identifier à l’écran une personne pouvant poser un problème. Il y a un lien radio entre les gens qui sont au PC et les fonctionnaires de police en civil qui sont sur site. Nous aurons des équipes de déminages et des équipes cynophiles qui seront présentes durant tout le pèlerinage pour éviter les risques liés aux engins explosifs. En ce qui concerne le dispositif des équipes de secours (les sapeurs-pompiers), nous renforcerons Lourdes et les centres périphériques. D’autre part, l’état-major de zone a alloué et mis en pré-alerte des moyens extra départementaux -une pré-alerte en moyens sapeurs-pompiers sur les départements de la Haute-Garonne, du Gers, des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège et d’autre part les services départementaux d’incendie et de secours de la Haute-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques pré-positionneront un officier en mesure de venir renforcer les structures de commandement du SDIS 65 s’il en était besoin.

 

Trois portes d’entrées aux Sanctuaires au lieu de 12

 

« J’ai demandé la même chose que l’année dernière, c’est-à-dire que l’on réduise le nombre d’entrées des sanctuaires, de 12 on passera à trois : porte Saint-Michel, porte Saint-Joseph et porte de la route de Pau. En tout, 45 agents seront positionnés par les sanctuaires, certains seront chargés du filtrage des entrées. Comme l’année dernière, j’ai demandé que les processions n’aient pas lieu à l’extérieur des sanctuaires. Le site des sanctuaires sera fermé de minuit à 6h du matin ».

 

Les hôpitaux extra départementaux sensibilisés

 

« Le dispositif hospitalier : l’agence régionale de santé a sensibilisé les hôpitaux extra départementaux, à savoir les CHU de Toulouse, Montpellier, Nîmes, Bordeaux et les hôpitaux de Dax et Pau. On serait là dans le cas de la survenance d’événements nécessitant la prise en charge de nombreuses victimes ».

Un point de situation sera effectué tous les jours à 12:00. Les transporteurs sanitaires seront mobilisés. Une cellule opérationnelle sera activée à Toulouse, les hôpitaux de Tarbes et lourdes reconduiront le dispositif de 2016, le plan blanc a été mis à jour et le scénario du sur-attentat a été parfaitement intégré.

 

SNCF : un dispositif identique à celui de 2016

 

Pour la gare de Lourdes, le dispositif sera identique à celui de l’an passé avec notamment la présence de trois équipes de trois agents de la sûreté ferroviaire et une équipe cynophile de détection d’explosifs. Il y aura par ailleurs un équipement mobile vidéo à l’intérieur et aux abords de la gare. Il y a eu des mesures de sécurisation pérenne de cette gare.

 

Le module d’appuis MAGEC

 

Le PC était situé l’an dernier à l’intérieur des sanctuaires, près de la route de la forêt. Cette année, la préfète a fait le choix d’activer un module d’appuis à la gestion de crise dit MAGEC. C’est un PC mobile mis à disposition par la direction générale de la sécurité civile. C’est un outil national du ministère de l’Intérieur. Il a été installé à Lourdes, il permettra une gestion au plus près de l’événement. Il sera positionné près du chalet épiscopal. Le module en question est accompagné de huit personnels. Cet outil est utilisé pour la première fois dans notre département.

 

Vers la sécurisation pérenne du site des Sanctuaires : l’Etat débloque 1,1 millions d’euros

 

« La sécurisation de ce site à long terme est ma préoccupation majeure, souligne Béatrice Lagarde. Je vous rappelle que nous sommes partis du degré zéro l’année dernière. Il n’y avait pas de dispositif organisé, pas de mobilisation de cette ampleur ». Dès son arrivée dans le département, début juillet 2016, la préfète a sensibilisé les autorités en haut lieu s’agissant de la nécessité de sécuriser Lourdes avec des moyens. Pour elle, il n’était pas possible de se contenter d’une sécurisation ponctuelle. « Ce site mérite qu’on s’y arrête par sa spécificité. Je rappelle que c’est un site unique sur le territoire national, que c’est un site cultuel qui a une sensibilité tout aussi grande que les mosquées et les synagogues que l’on protège par ailleurs dans le cadre d’un certain nombre de textes et de circulaires et qu’il faut prendre en compte cette spécificité qui ne l’avait pas été de façon aussi aiguë jusque-là. Je viens de signer une convention de sécurité avec le directeur des sanctuaires pour mobiliser la coopération entre les sanctuaires et l’Etat, et la complémentarité entre les forces de sécurité régaliennes et les agents des sanctuaires. C’est une convention qui va permettre de déterminer le "qui fait quoi". D’autre part, j’avais demandé l’année dernière de constituer un groupe de travail présidé par Madame la sous-préfète d’Argelès-Gazost en lien avec Mme le maire de Lourdes et la direction des sanctuaires pour améliorer la sécurité du site. Améliorer en termes de vidéo protection et améliorer en termes de sécurité situationnelle (clôtures, portes, enceintes, etc.). Dans ce cadre, les sanctuaires ont monté des dossiers de demandes sur deux volets, le volet de sécurisation situationnelle et la vidéo protection. J’ai le plaisir de vous annoncer que nous avons obtenu de l’État 80 % des financements. Ce qui représente pour les opérations de sécurisation 627 000 € et pour la vidéo protection 475 000 €. Cela représente 1,1 million € pour la sécurisation de ce site de façon pérenne ».

 

Ils ont dit…

• Josette Bourdeu, maire de Lourdes, a fait le point sur le dispositif de sécurisation de la ville de Lourdes. On aura retenu que l’installation définitive des bornes rétractables qui devait être terminée cet été, est reportée à l’année prochaine, puisque deux secteurs seulement en sont équipés (rue Sainte-Marie et place du Comte de Beauchamp). Elle a rappelé que la circulation sera fermée, de 11h30 à 14h et de 18h30 à 23h dans des endroits proches des Sanctuaires. De quoi irriter les commerçants et hôteliers impactés par l’arrêté municipal. (AUDIO)

Le Père André Cabes, recteur des Sanctuaires (AUDIO)

G.M.

Diaporama
AGRANDIR