Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Nos commentaires sur le droit de réponse de Marie-José Moulet

jeudi 2 mars 2017 par rédaction

Josette Bourdeu nous a demandé un droit de réponse suite à deux articles publiés sur notre site le 21 février 2017 (Le colloque sur l’attractivité commerciale tourne au désastre pour la municipalité » et le 22 février 2017 (Le ras le bol des commerçants lourdais face à une municipalité en difficulté). En fait, par cette lettre recommandée avec AR, la maire de Lourdes donne la parole à Marie-José Moulet, son adjointe au développement culturel et à la dynamisation commerciale. Normal puisque ce fameux soir où les commerçants ont exprimé leur colère, Josette Bourdeu était absente, préférant assister à l’inauguration de Lidl (les commerçants apprécieront). Si ce colloque avait été si important pour la dynamisation commerciale, sa présence s’imposait. Mais elle a préféré refiler le bébé à son adjointe, dont les résultats concernant son action en faveur du commerce lourdais sont loin d’attirer les satisfecits, il suffit d’aller faire un tour dans les halles et place du Champ-Commun pour se faire une opinion.

Marie-José Moulet reconnaît heureusement que les commerçants sont inquiets des changements proposés en termes de circulation et de déplacements à Lourdes. A qui la faute ? Ce n’est pas seulement de l’inquiétude que nous avons perçue ce soir-là mais du désarroi. Les dispositions prises des deux rues descendantes (rue et boulevard de la Grotte) et ce sans concertation ont aggravé les problèmes. Et là, du côté municipal, on continue à fermer les yeux et à faire la sourde oreille. Alors avant d’évoquer les orientations stratégiques et les pistes d’action pour le volet commerce du SDECA, il serait bon de faire preuve de bon sens.

Marie-José Moulet reconnaît aussi que les questions-réponses ont plus porté sur la propreté urbaine, la sécurité, la signalisation , les incivilités et sur le défaut de communication. Tout observateur l’aurait remarqué. C’est évidemment passé au premier plan, occultant l’objet même de cette réunion. Et ce n’est pas avec l’exposé, aussi brillant soit-il, sur les orientations et actions à mener que les commerçants ont été ou seront rassurés. Cela s’inscrit dans le temps. Combien d’années ? Dans la salle, on a entendu la déception des commerçants sur les promesses faites qui n’ont jamais été tenues. Et puis, avec quel argent pourrait-on mener à bien cette « dynamisation » quand il est de plus en plus connu que la ville de Lourdes est confrontée à de sérieuses difficultés financières.

Marie-José Moulet termine sa prose en précisant que nous avions quitté la réunion à mi-séance. C’est vrai que nous en avions assez entendu. Et nous sommes partis d’ailleurs en même temps que deux autres confrères.

G.M.