Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

18 communes du Pays de Lourdes votent le recours contre l’arrêté préfectoral de la grande agglo (ACTUALISÉ)

dimanche 9 octobre 2016 par rédaction

Les 18 maires ou adjoints des conseils municipaux des communes du Pays de Lourdes ayant voté le recours contre l’arrêté préfectoral déterminant le périmètre de la grande agglo se sont retrouvés, vendredi soir, à la mairie de Bartrès où ils ont rejoint José Marthe, conseiller départemental divers droite du canton de Lourdes 1, farouche opposant depuis le début à cette agglo XXL, tout comme d’ailleurs la députée PRG Jeanine Dubié et Chantal Robin-Rodrigo, conseillère départementale PRG du canton de la Vallée des Gaves. A cette occasion, devait leur être remis le mémoire transmis au tribunal administratif relatif à ce recours pour excès de pouvoir. Cette réunion à laquelle assistait également Adeline Ayela, binôme de José Marthe, s’est déroulée en présence de la presse, laquelle n’a pas été destinataire dudit mémoire, ce document devant être réservé en priorité aux magistrats du T.A.

José Marthe a d’abord fait l’historique de ce dossier, évoquant les diverses étapes qui ont précédé ce recours. Il a souligné qu’il défendait avec les 18 maires la ruralité et l’identité de la ville de Lourdes et de son pays, écartant le fait que ce n’était pas un combat politique droite/gauche (AUDIO).

Après avoir remis la liste des maires signataires du recours (Il s’agit des communes d’Adé (Maire Jean-Marc Boya), Les Angles (Maire Yvette Lacaze), Arcizac-ez-Angles (Maire Paul Habatjou), Arrodets-ez-Angles (Maire Danièle Renaud), Bartrès (maire Gérard Clavé), Berbérust-Lias (Robert Subercazes), Bourréac (Roland Darré), Escoubès-Pouts (Maire Yves Cardeilhac), Gazost (Maire Pierre Darré), Ger (Joseph Fourcade), Gez-ez-Angles (Patrice Mérigot), Lézignan (Maire Chantal Morera), Ossen (Maire Michel Bonzom), Ourdis-Cotdoussan (Maire Jean-Noël Cassou), Peyrouse (Maire Philippe Castaing), Saint-Créac (Maire Jean-Michel Duclos), Ségus (Maire Lucien Bouzet), Sère-Lanso (Maire Christiane Aragnou), José Marthe dénonçait avec force l’article 2 de l’arrêté préfectoral (ci-dessous)

« Cet article 2 de la préfète c’est le cynisme absolu (…) C’est ahurissant. La démocratie est complètement bafouée » (AUDIO)

Les interventions des maires

Après avoir dit qu’avec Adeline Ayela, il ne pouvait pas figurer parmi les signataires du recours, seuls les maires et leurs conseils municipaux pouvant le faire, José Marthe laissait s’exprimer les élus présents.

Gérard Clavé, en tant qu’hôte des lieux, ouvrait la série d’interventions.

Gérard Clavé, maire de Bartrès : « L’intégration à la grande agglo nous fait perdre l’identité de Lourdes et de son Pays, nous ne représenterons que 23 000 habitants sur 125 000 environ que comprendra cette agglo XXL.

Le plus regrettable c’est le vote de la CDCI. Je peux comprendre le vote de certains mais beaucoup ont voté ce qu’on leur a dit de voter sans se soucier des souhaits ou des votes des communes concernées et je leur souhaite juste qu’un jour quelqu’un de l’extérieur vienne décider à leur place.

La grande agglo XXL va nous coûter certainement plus cher que prévu car toutes les études ont été faites avec des chiffres et des données de 2015 et maintenant on va rectifier avec les chiffres de 2016 en tenant compte de tout un tas de transferts qui vont se faire mais qui jusque-là n’ont pas été chiffrés. Là aussi, beaucoup de précipitation sans concertation, mariage de force, pas de projet, quelle sera la gouvernance ?.

La loi NOTRE ne nous obligeait pas à fusionner car nous étions au dessus du seuil de 15 000 habitants requis.

Voilà les raisons pour lesquelles le conseil municipal de Bartrès a décidé de déposer un recours contre l’arrêté préfectoral fixant le périmètre de cette méga agglo.

Je ne vous cache pas qu’il y aussi beaucoup d’inquiétudes chez les maires ruraux qui ont décidé de créer l’association départementale des Maires ruraux affiliée à l’association des maires ruraux de France afin d’être représentatifs et entendus ».(AUDIO)

Michel Bonzom, maire d’Ossen, faisait part de ses très vives inquiétudes notamment en ce qui concerne la fiscalité, le devenir du personnel des petites communautés de communes (il préside la communauté de communes de Batsurguère). (AUDIO)

Jean-Marc Boya, maire d’Adé. Il n’a pas apprécié la façon dont cette affaire a été menée. Il se dit inquiet concernant l’avenir des écoles rurales. « Que vont-elles devenir ? ». Il évoque aussi que la loi NOTRe pourrait faire perdre les pouvoirs de police aux maires. Pour lui, c’est la grande aventure. D’après les échos qu’il a, après les différentes commissions mises en place, le Grand Tarbes avec les vice-présidents s’attribuent les postes de référents. Et de conclure « On aura la fierté de pouvoir regarder tous nos administrés en face et de pouvoir dire qu’on s’est battus jusqu’au bout ». (AUDIO)

Chantal Morera, maire de Lézignan, est elle aussi inquiète, notamment pour son école, reconstruite dernièrement dans le cadre du regroupement avec la commune d’Arcizac-ez-Angles. Elle a le sentiment que les petites communes ne sont pas très écoutées. (AUDIO)

Yvette Lacaze, maire des Angles. Elle pense qu’avec la loi NOTRe, le pays de Lourdes pouvait se suffire à lui-même. « Mes administrés, dit-elle, ne veulent pas aller à la grande agglo ». Pour elle qui a travaillé pendant 38 ans dans les services fiscaux, lorsqu’il faudra équilibrer le budget, elle ne voit pas d’autres moyens que de faire appel à la fiscalité. (AUDIO)

Les maires sont revenus sur les pressions dont ils avaient été l’objet de la part de collègues qui leur disaient qu’ils seraient sanctionnés au niveau de la Dotation des Equipements des Territoires Ruraux. José Marthe a rappelé les propos de la préfète en conférence de presse. (AUDIO)

Joseph Fourcade, maire de Ger. Il est revenu sur la dernière CDCI où « le secteur rural été livré en pâture ». Il a parlé de la scission que cette grande agglo avait provoquée dans le Montaigu et le Castelloubon (AUDIO). Il a tenu à souligner néanmoins que les maires qui ont signé le recours travailleront pour l’avenir. On est là pour bâtir. (AUDIO).

Tous les intervenants se sont associés aux propos tenus par les maires présents ou représentés par leurs adjoints. Voilà en tout cas 18 voix qui vont peser. En comparaison, la ville de Lourdes ne sera représentée au moment du vote de la gouvernance que par 9 voix dont deux reviendront à l’opposition municipale. A priori, ce n’est donc pas une bonne affaire pour Josette Bourdeu, maire de Lourdes, qui ne cachait pas à l’origine qu’elle visait la présidence de cette grande agglo. Le rêve semble s’éloigner…

G.M.