Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Bruits et Chuchotements...

vendredi 17 juin 2016 par rédaction

Josette Bourdeu, présidente de la CCPL et maire de Lourdes, sera-t-elle mise en minorité ce soir à Saint-Pé-de-Bigorre ?

Après avoir pratiqué un forcing effréné auprès de sa majorité municipale pour qu’elle vote en faveur du projet préfectoral de la grande agglo, Josette Bourdeu ne va pas avoir la tâche aussi facile ce vendredi soir, à Saint-Pé-de-Bigorre, où se tiendra le conseil communautaire de la CCPL, collectivité dont elle est la présidente. Elle va devoir affronter les maires ruraux qui, à l’exception de 4 ou 5 d’entre eux (sur les 18 de la CCPL), sont particulièrement remontés à l’idée d’être rattachés au Grand Tarbes et aux autres communautés de communes. Discussion musclée, il devrait y avoir. Josette Bourdeu pourra compter sur Jean-Louis Cazaubon, maire de Poueyferré et son lieutenant Stéphane Artigues qui ont, dit-on, travaillé leurs arguments, s’appuyant sur des données discutables. Son adjoint socialiste à la mairie de Lourdes Gérald Capel et Michel Azot (UDI) rivaliseront sans doute d’éloquence pour tenter de démontrer l’indémontrable. Comme on l’a déjà dit : on aura droit avec eux à un cours professoral. Plus silencieux seront sans doute dans leur grande majorité les maires ruraux, peu habitués aux joutes verbales. Ils n’en gardent pas moins la tête sur les épaules, et ne sont pas disposés à avaler n’importe quoi. Jean-Claude Beaucoueste, maire de Saint-Pé-de-Bigorre, devrait être à la pointe du combat pour contrer les pro-grande agglo. La partie va se jouer dans les urnes puisqu’il sera demandé de voter à bulletins secrets. Le résultat sera vraisemblablement serré. Notre pronostic penche pour ce qui pourrait être un camouflet à l’endroit de la maire de Lourdes et présidente de la CCPL. Josette Bourdeu en minorité, ça ferait un certain bruit dans le landerneau local. C’est vrai que ce soir ce n’est qu’un avis qu’auront à formuler les conseillers communautaires de la CCPL. La préfète peut très bien ne pas prendre en compte un vote contre le périmètre de son projet. Si tel était le cas, la démocratie serait une fois de plus bafouée. Toujours est-il que ce dossier aura, quelle que soit son issue, des conséquences. Les relations entre élus ruraux et urbains ne seront plus les mêmes qu’auparavant. Il y aura de la rancœur dans l’air et des règlements de comptes à prévoir dans les futures échéances électorales. Certains peuvent se faire d’ores et déjà du souci pour leur réélection. Rendez-vous est donné lorsque vont tomber les feuilles d’impôts locaux, au mois de novembre...

Conseil municipal de Tarbes : les élus PRG contre le projet de la grande agglo

Mercredi soir, au conseil municipal de Tarbes, Marie-Pierre Vieu (PC-Front de Gauche) qui s’est prononcée contre le projet XXL de la préfète avec Pierre Montoya et Dominique Montamat a lu (AUDIO), en leur absence, une déclaration des élus PRG du conseil municipal qui ont voté eux aussi contre le projet préfectoral. Cela confirme bien que Josette Bourdeu est minoritaire au sein de son parti, sachant que Jeanine Dubié, députée et présidente de la Fédération départementale du PRG et Chantal Robin-Rodrigo, vice-présidente du conseil départemental, présidente du groupe PRG, combattent le périmètre de la grande agglo.

A Tarbes, les agents communaux sont inquiets

Hier, lors d’une conférence de presse, les agents communaux tarbais ont dit leur inquiétude devant le périmètre de la grande intercommunalité. « Auparavant, ont-ils relevé notamment, l’économie était mise au service du territoire, et l’organisation territoriale assurait une relative équité entre les communes et les villages. Désormais, c’est le territoire qui sera placé au service de l’économie. Dans notre région, cela risque de se traduire par l’existence d’un désert économique, autour des deux grandes métropoles qui absorberont l’essentiel des activités de production et des services : Toulouse et Montpellier ». Les agents communaux craignent aussi « la concurrence entre les intercommunalités et le risque d’un dumping. Sans oublier le fait que des postes seront probablement supprimés avec le transfert des compétences depuis les mairies vers les intercommunalités ». 

Question : Y aura-t-il un conseiller communautaire dans la salle des fêtes de Saint-Pé-de-Bigorre qui demandera pourquoi l’étude de Chalenges Publics (66 pages si notre mémoire ne nous fait pas défaut) demandée par Josette Bourdeu sur la CCPL et les scénarii selon lesquels elle se dissout ou non dans la grande agglo aura coûté la bagatelle de 18 000 euros alors que l’intercommunalité « Bigorre-Adour-Echez » a fait réaliser , en début d’année, une étude de 130 pages beaucoup plus explicite par le cabinet Stratorial Finances pour un coût de 7 000 euros ? Sacrée différence surtout quand les caisses sont presque vides. D’aucuns ont vraiment l’impression qu’à la CCPL, on aime jeter l’argent par les fenêtres…

 

Douste-Blazy en campagne

Ce n’est pas sur les terres lourdaises ou de Bigorre que l’ancien maire de Lourdes tente de séduire les électeurs. Philippe Douste-Blazy vise plus haut. Mais pas sur le plan politique. Il figurerait parmi les trois candidats qui brigueraient le poste prestigieux de Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé. Le Directeur général est le plus haut fonctionnaire technique et administratif de l’Organisation et il dirige la politique d’action sanitaire internationale de celle-ci. La titulaire actuelle du poste, le Dr Margaret Chan a été élue en 2006 et terminera son second mandat le 30 juin 2017. Le prochain Directeur général prendra ses fonctions le 1er juillet 2017. Ça explique les déplacements dans divers endroits du globe de l’ancien premier magistrat lourdais puis toulousain.

G.M.