Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Du 16 décembre 2015 au 26 mai 2016, 19 931 personnes ont fréquenté le complexe nautique

mardi 31 mai 2016 par rédaction

A la veille de s’envoler pour Paris avec une délégation municipale pour se rendre au congrès des Maires de France, Josette Bourdeu, maire de Lourdes et présidente de la CCPL, a tenu une conférence de presse, hier soir, dans la salle de réunion du complexe nautique. Il s’agissait pour elle de faire le bilan sur la fréquentation du centre nautique de l’avenue Alexandre Marqui depuis l’ouverture. Et de tirer une fois de plus sur l’équipe municipale précédente, coupable selon la première magistrat de la situation financière alarmante dans laquelle s’est trouvée la ville de Lourdes, à son arrivée en 2014.

Vers les 120 000 entrées à la fin d’année

Depuis son ouverture et au 26 mai 2016, le complexe aquatique a enregistré une fréquentation égale à 19 931 personnes, un chiffre qui double si on y ajoute les scolaires, soit près de 40 000 entrées. Selon nos estimations, nous devrions être d’ici la fin de l’année à plus de 120 000 entrées. A titre de comparaison, l’ancienne piscine recevait en moyenne près de 70 000 nageurs par an, scolaires compris. Les recettes s’élèvent à cette même date à 126 312 euros (contre 80 000 euros en moyenne sur l’ancienne piscine) », s’est réjouie Josette Bourdeu. De très bons résultats qu’elle explique aussi par le succès des diverses activités proposées. Qui sont pour l’instant au nombre de cinq, à savoir l’apprentissage de la natation, l’aquagym douce, l’aquabike, l’aquajump et l’aquagym tonique. 400 personnes sont inscrites à l’une ou l’autre de ces activités.

Et J. Bourdeu de poursuivre : « Nous réfléchissons actuellement à une évolution de ces activités, ainsi qu’à des horaires mieux adaptés aux besoins (à partir du mois de septembre). Nous avons déjà procédé à de petits ajustements comme le dimanche. Nous allons également étoffer notre politique tarifaire, notamment à destination des seniors avec la mise en place du pass BVL qui donnera accès aux bassins à prix réduit. Une carte de fidélité devrait également être mise en place prochainement ».

A noter que le complexe aquatique sera fermé du 11 au 20 juin pour des travaux de réfection et de maintenance obligatoires.

Cet été, le bassin extérieur et les bassins intérieurs seront ouverts tous les jours du 21 juin au 31 août, de 10h à 19h, et le dimanche de 13h à 19h.

Lourdes-Plage va reprendre également du service au Lac, du 1er juillet au 31 août, de 13h à 18h.

Le complexe aquatique emploie 8 MNS, 3 caissières, 3 électromécaniciens et 3 personnes pour l’entretien. Pour Lourdes-plage, il a été procédé au recrutement pour ces deux mois 4 MNS et une personne en charge de l’entretien.

L’inauguration du complexe aquatique aura lieu bientôt en présence de Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux sports, qui avait visité le chantier en juin 2014.

Retour sur le financement

Josette Bourdeu a profité de l’occasion pour revenir sur le financement de ce complexe aquatique. « Mon prédécesseur, a-t-elle déclaré, semble pour le moins intarissable sur la question, passant son temps à se dédouaner d’un projet qu’il a lui-même initié à la va-vite, fin janvier 2014, après des années d’immobilisme, à deux mois des élections municipales et sans l’ombre d’un réel financement. C’est pourtant lui qui a signé ce projet pour un montant de 8,6M € TTC, auquel s’ajoute, toujours à sa signature et moins de 15 jours après, un 1er avenant de près 400 000 € TTC qui engage la ville sur la construction d’une chaudière à bois dans les sous-sols du complexe aquatique, soit une ardoise de près de 1M€ TTC supplémentaire dont nous avons hérité. L’addition de « son » projet, comme il en fait le distinguo, s’élève donc à près de 10M € TTC. Nous y avons ajouté un bassin extérieur pour 766 676 € TTC et nous avons obtenu plus de 2,2M € de subventions, soit 26% du coût total du chantier. Dans quel camp se situe la honte ? Si nous n’avions pas basculé le projet sur la CCPL et suivi la logique de nos prédécesseurs sur ce dossier, nous serions aujourd’hui soit sous tutelle préfectorale, soit confrontés à une première augmentation de 10 à 12 points des impôts sur la seule part des investissements, et autant de plus l’année suivante sur le fonctionnement… »

La première magistrate en a remis une couche en pointant toujours l’héritage avec le projet du pôle petite enfance (4 millions d’euros) stoppé pour un projet moins onéreux, l’affaissement du quai Boissarie (1,8 M€), la fermeture du pont Peyramale. Elle a insisté sur la recherche de toutes les subventions possibles, évaluant à 6 713 728 euros le total des aides obtenues sur un montant total des projets qui est égal à 16,5M d’euros.