Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Jacques Abadie, un ardent défenseur de la cité mariale, est décédé

dimanche 29 mai 2016 par rédaction

Depuis de longs mois, voire plusieurs années, il luttait courageusement contre la maladie. Il n’en gardait pas moins l’entrain et la jovialité qui le caractérisait. Jacques Abadie, Jacot pour ses amis, est décédé, hier soir, à l’hôpital de Lourdes. Ses forces l’ont lâché. Il avait 80 ans. Il était né à Lourdes, le 12 janvier 1936, issu d’une vieille famille lourdaise. Son arrière grand-mère paternelle s’appelait Bernarde Castérot, sœur aînée de Louise , la maman de Sainte Bernadette. Son arrière-grand père Jacques Bourdeu fut contemporain de Bernadette et témoin oculaire de plusieurs apparitions. Il aimait à rappeler ce que sa maman, décédée à 98 ans, en 2006, avait ancré en lui : la défense de l’histoire de Lourdes. C’est vrai que Jacques Abadie n’a jamais cessé de porter toujours haut le flambeau lourdais. Il a tenu une grande place dans la ville de Lourdes.

Très jeune, il travailla au dépôt SNCF de Tarbes où il apprit le métier de ferronnier d’art, dont les plus anciens se souviennent de ses belles réalisations, exposées à l’époque rue du Garnavie.

Amoureux de nos montagnes, passionné par le ski, il fut, dans les années 70, un entraîneur compétent et apprécié au sein du Ski-Club Lourdais, formant de nombreux compétiteurs. Il était facilement repérable avec sa casquette blanche et son fameux coup de sifflet.

Dans les années 68-69-70, il organisa, avec Jean-François Anton et des jeunes Lourdais, les premiers Réveillons de l’Amitié avec les Petits Frères des Pauvres. Toujours soucieux d’aider autrui, préoccupé par la situation dans laquelle étaient plongées de nombreuses personnes âgées ou des familles en détresse, dans un moment de révolte, face au mercantilisme et à l’irrespect de ce Lourdes ancien, il créa, en 1983, l’association « Vaincre l’Indifférence » qui s’occupa des personnes très âgées, souvent résidantes dans des maisons de retraite. Avec toute une équipe de bénévoles et d’hôteliers lourdais (on pense plus particulièrement à José Montéagudo et André Marty), il leur redonnait le sourire, les amenant en montagne, notamment à Héas, leur offrait des repas, les gâtait lors de la fête de Noël. Pendant 31 ans, il en assuma la présidence jusqu’à ce que les premiers symptômes de la maladie l’en empêche. Entre temps, il fonda l’association des Amis du Vieux-Lourdes qui demeure aujourd’hui toujours très active sous la présidence de Maggy Poublanc.

Sur plan professionnel, il reprit l’hôtel de ses parents et grands parents, l’hôtel de Rome, rue de la Grotte, exploité par 4 générations. Il devint à l’époque un actif défenseur de la petite hôtellerie, face aux complexes hôteliers qui commençaient à voir le jour.

Personnage éclectique, il fut pendant plus de 45 ans correspondant de presse, ayant débuté à Eclair-Pyrénées avec sa rubrique « Yaquetou du Baous », collaborant à la Croix du Midi, au groupe Dépêche, et à divers journaux.

Figure emblématique de Lourdes, Jacques Abadie était très ami avec Philippe Douste-Blazy, l’ancien maire. Il était chevalier dans l’ordre national du mérite. Ses obsèques seront célébrées le mercredi 1er juin 2016, à 14h30, en l’église du Sacré-Cœur.

Notre rédaction présente à son épouse, à ses enfants Fabienne et Jean-Marc, à ses petits-enfants, et à tous ses proches et amis, nos plus vives et sincères condoléances.

G.M.