Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

José Marthe et le quatuor du canton de Lourdes 1 appellent à voter contre le projet de grande agglomération

vendredi 27 mai 2016 par rédaction

Impératif : Les conseils municipaux
doivent délibérer avant la mi-juin

« On est dans la dernière ligne droite avant le verdict puisque, à la mi-juin, les communes auront dû délibérer sur le projet préfectoral de la grande agglo  », a annoncé José Marthe dans la deuxième partie de la conférence de presse que le quatuor du canton de Lourdes 1 a tenue mercredi après-midi. Il a laissé le soin à sa binôme Adeline Ayela de rappeler les arguments qui plaident pour que le pays de Lourdes, les communautés de communes de Batsurguère et du Montaigu refusent de rejoindre la grande agglo tel que le prévoit le projet préfectoral du schéma départemental de coopération intercommunale.

Adeline Ayela félicite le travail du comité de coordination des maires ruraux

« Chaque commune doit délibérer dans les jours prochains, a rappelé Adeline Ayela. Cette délibération sera très importante. Nous avons toujours été fermement opposés à la dilution de notre territoire. Nous sommes en conformité avec la loi NOTRe. Le seuil requis par la loi est largement atteint par notre territoire. Cette grande agglo XXL ne nous incite pas à fusionner. Nous avons étudié avec Marie-Christine Steckel-Assouère tous les paramètres. Rien n’est fait pour nous rassurer. L’élément majeur c’était quand même l’impact financier qui ne nous rassure pas. Le devenir des compétences ? On n’en sait pas davantage. Sur le maintien des financements de l’Etat, si l’on se réfère où se trouve aujourd’hui le pays, on peut émettre des réserves. Pour ces raisons, la quasi-totalité des maires ruraux ont bien compris et mesuré l’enjeu des risques à moyen et long terme. Nous nous sommes rencontrés, nous avons échangé, réfléchi. De cette rencontre, s’est formé un comité de coordination. Ce comité de coordination des maires ruraux a élaboré un projet de délibération, remarquablement fait et structuré. Nous appelons aujourd’hui tous les maires ruraux à confirmer le rejet de cette grande agglomération pour défendre l’intérêt collectif. Nous félicitons plus particulièrement le comité de coordination pour le travail rendu et leur implication ».

Le projet de délibération proposé par le comité de coordination des maires ruraux (.pdf)

Marie-Christine Steckel-Assouère : « Est-ce qu’on nous a démontré que ça allait apporter du mieux ? Non, bien au contraire ».

« Au nom du quatuor et de toutes les personnes que nous rencontrons et qui nous manifestent leur soutien dans notre action contre cette grande agglomération, nous appelons chaque commune et chaque communauté de communes à confirmer leur refus de cette grande agglomération. Je rappellerai que s’agissant de la communauté de communes du pays de Lourdes, 18 communes avaient rejeté cette grande agglomération y compris Lourdes. Il convient aussi de rappeler que sur toute cette grande agglo, 72 communes avaient voté contre, seules 14 communes du Grand Tarbes avaient été favorables. S’agissant des communautés de communes, 6 avaient voté contre, seul le Grand Tarbes avait voté pour. Vous voyez le rapport de forces et l’opposition plus que générale contre cette grande agglomération. Pourquoi voter à nouveau, pourquoi nous appelons à voter ? Tout simplement parce que l’article 35 de la loi NOTRe précise qu’à défaut de délibération dans ce délai, c’est-à-dire 75 jours après la réception de l’arrêté du Schéma départemental de coopération intercommunale que Madame la préfère a transmis à toutes les communes, l’avis est réputé favorable. Donc, les conseils municipaux qui ne seraient pas convoqués pour délibérer sur cette question seraient d’office considérés comme étant favorables. S’il y avait des communes qui n’étaient pas invitées à se prononcer alors que toutes ou presque dans notre pays de Lourdes avaient voté contre, ça serait un véritable hold-up démocratique parce que l’on ne permettrait pas aux élus de se prononcer, des élus qui représentent l’intérêt de la population. Pourquoi voter contre ? Nous sommes des personnes de générations différentes, ouverts au débat et au dialogue. Bien entendu, si on nous avait démontré que cette grande agglomération apportait des avantages, on aurait pu changer d’avis. Est-ce qu’on nous a démontré que ça allait apporter du mieux ? Non, bien au contraire. Nous appelons donc à voter mais nous appelons aussi et surtout à voter contre. Pourquoi ? Cette agglo XXL ne nous apportera rien de bon ».

Les arguments qui plaident
en faveur du rejet du projet préfectoral

Marie-Christine Steckel-Assouère énonce 4 catégories d’arguments : elle rappelle que le 26 avril 2016, les maires ruraux qui avaient fait un excellent travail de recherches, d’investigations ont déclaré : « que les chiffres et les simulations des services de l’Etat sont sujets à caution et peuvent être interprétés différemment » (AUDIO


titre documents joints

27 mai 2016
info document : PDF
445.7 ko