Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Le Pont Peyramale (autrement appelé Pont Pomès) en très mauvais état : un arrêté va interdire la circulation aux véhicules de plus de 7,5 Tonnes

mardi 27 octobre 2015 par rédaction

De grandes difficultés de circulation sont à prévoir dans le secteur Peyramale-Place de la Merlasse-avenue Mgr Rodhain)

C’est une séance placée sous le signe du burlesque que nous avons vécue ce soir au conseil municipal de Lourdes. L’ancien maire de Lourdes, sans doute dopé par sa candidature aux élections régionales en tant que leader départemental de la liste « Les Citoyens du Midi » pilotée par le maire DVG de Montpellier, Philippe Saurel, est monté plusieurs fois au front pour titiller la majorité municipale. Mal lui en a pris car, il est reparti à chaque fois dans les cordes sous les coups de butoirs souvent teintés d’ironie de Bruno Vinualès, Philippe Subercazes, Josette Bourdeu n’a pas été en reste. Intervenant nouveau, le Divers Droite Claude Heintz, dont on se souvient qu’il a été élu sous l’étiquette du Front National, est entré dans l’arène méritant –eh oui !- les applaudissements de la majorité, lui décernant comme à la corrida la queue et les oreilles. De cela, on en reparlera. Pour l’instant, nous nous bornerons à relater l’intervention importante faite en début de séance par la maire Josette Bourdeu qui a carrément refroidi l’assemblée en mettant l’accent sur le très mauvais état des ponts de Lourdes, et plus particulièrement du Pont Peyramale, appelé également Pont Pomès. Cela va se traduire dans un premier temps, demain sans doute, par un arrêté municipal qui va limiter la circulation des véhicules à un tonnage inférieur à 7,5 Tonnes. Cela va avoir des conséquences sur la desserte du quartier Peyramale, la Merlasse et avenue Mgr Rodhain. Une déviation va être mise en place, les hôteliers et socio-professionnels vont être reçus à la mairie et travailleront en étroite collaboration avec les services municipaux pour trouver la solution la moins contraignante.

Les ponts lourdais sur la sellette : la déclaration de Josette Bourdeu

La réglementation nous oblige à assurer un suivi annuel de l’évolution des ouvrages d’art. C’est pourquoi en septembre 2010, un appel public à concurrence a été lancé pour une inspection détaillée des ouvrages d’art sur la commune.

La réglementation s’imposant dans ce domaine est complexe et complète, dont les principaux textes sont :

  • L’Instruction Technique datant du 19/10/1979
  • Les fascicules techniques du SETRA en découlant,
  • Le catalogue des défauts IQOA…

La Mairie ne possède aucune archive de ce pont construit en 1930 et qui aurait été reversé au patrimoine communal en 1943.

Depuis 2010 les inspections ont été réalisées en utilisant la classification réglementaire IQOA (Image de la Qualité des Ouvrages d’Art, classification nationale mise en place en 1996). Cette classification permet la cotation d’un pont en fonction de l’état de l’ensemble des éléments le composant (culées, pile, tablier…)

Depuis 2010 le pont Peyramale est passé de la classe 3 (ouvrage dont la structure présente des défauts majeurs et qui nécessite des travaux sans caractère d’urgence) à 3S en 2014 (idem avec possibilité de mise en cause de la sécurité des usagers).

Le pont Peyramale présente ainsi des désordres liés à :

  • Des défauts de conception,
  • A son âge (75 ans),
  • Des défauts et désordres par manque notamment d’entretien courant et spécialisé,
  • Aux deux crues (2012 et 2013) qui n’ont pas contribué à améliorer cette situation,

Compte-tenu de son état ,des investigations complètes ont été réalisées pour connaître son état réel et définir une stratégie de gestion adaptée :

  • Investigations des piles, des culées et du lit avec carottage et décaissement pour connaître la nature et l’état de ses appuis et visite subaquatique.
  • Investigations du tablier avec auscultation complète (scanner, carottage…)

Ces investigations conduisent à une limitation de tonnage à 7,5 T immédiate pour supprimer le passage des convois lourds et répétés.

Quatre stratégies sont proposées :

    • Des réparations urgentes de l’ouvrage estimées à 350 000 € HT associées à une limitation de tonnage, cette solution ne ferait que repousser l’échéance de remplacement de l’ouvrage de quelques années,
    • Une réfection générale de l’ouvrage, solution peu satisfaisante et coûteuse (680 000 € HT) car de nouveaux désordres peuvent apparaître avec le temps au vu des désordres et de la conception de l’ouvrage. Elle ne permet donc pas de garantir la pérennité de l’ouvrage dans le temps. De plus, l’ouvrage resterait sensible aux affouillements et n’est pas parasismique (Rappel : Lourdes est classé dans le cadre du nouveau zonage sismique en zone 4/5, la plus haute en France métropolitaine),
    • Un remplacement du tablier, peu efficace en termes de longévité de l’ouvrage (les appuis resteraient identiques et donc sensibles aux affouillements et aux séismes) avec un coût de 1 680 000 € HT, cette solution imposera la fermeture complète du pont pendant plusieurs mois,
    • Une solution optimale visant à remplacer l’ouvrage par un neuf, aux normes actuelles (sismicité…) avec possibilité de maintien de l’actuel en phase transitoire pendant la construction pour un coût de 2 000 000 € HT. Cette solution permettrait de construire un pont sans pile (mieux adapté aux crues) et nécessiterait toutefois 230 000 € HT de travaux pour conserver le pont actuel fonctionnel pendant les travaux.
    • Josette Bourdeu va rencontrer la préfète pour voir avec elle les aides qu’elle peut obtenir de l’Etat, car les sommes sont importantes. Les trois autres ponts (Pont-Vieux, Pont Saint-Michel, Pont de l’Arrouza) présentent aussi de sérieux signes de fatigue. (AUDIO)