Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Bruits et chuchotements...

vendredi 16 avril 2010 par rédaction

La médaille de l’exclusivité

A Lourdes, parler de médaille n’a rien d’original. C’est évidemment banal. A toutes celles que l’on peut trouver dans les magasins d’objets de pitié lourdais, il faut désormais en ajouter une nouvelle. C’est le maire de Lourdes qui en a trouvé le concept. Depuis quelque temps, il s’échine à

distribuer à ses invités, plus ou moins prestigieux, qu’il reçoit dans son salon d’honneur, la médaille de la ville de Lourdes. Jusque là, il n’y a pas matière à s’esbaudir. Ses prédécesseurs ont bien avant lui décerné ce qui est considéré par ceux qui reçoivent cette distinction comme un grand honneur. Là, où notre « chavezien » de maire innove c’est dans la façon qu’il accompagne médiatiquement cette remise de médaille. Il en réserve l’exclusivité à sa rédactrice préférée D(P)P, celle-là même qui vient de signer le deuxième numéro de l’indigeste et peu intéressant journal municipal « Vivre Lourdes », destiné essentiellement à la propagande de l’actuel locataire de l’hôtel de ville qui apparaît 15 fois en photo sur une publication totalisant 16 pages et dont on remarque néanmoins qu’il a eu la délicatesse d’en laisser une à son opposition. Donc 15 photos sur 15 pages, ça fait en moyenne 1 photo par page. Ne nous égarons pas et revenons à notre exclusivité. D(P)P qui a rejoint depuis peu le desk de l’agence locale du groupe de presse régional a été la seule représentante de la presse à couvrir la réception dont a été l’objet Jean-Pierre Raffarin, l’ancien Premier ministre. A la lecture de la prose de celle appelée parfois « la voix de son maître », on aura appris que M. Artiganave était toujours à la recherche de soutiens d’élus pour assurer la permanence des transports par trains spéciaux des pèlerins malades et handicapés à Lourdes. Il nous semble qu’il n’y a pas longtemps encore le maire de Lourdes annonçait comme imminente la livraison de voitures ambulances pour les malades. Un projet qui tarde à voir le jour. Pendant ce temps-là, les organisations italiennes de pèlerinages font moins de déclarations fracassantes mais avancent à grands pas sur l’acquisition de matériel ferroviaire nouveau à destination de Lourdes.

2014 : de plus en plus de Lourdais se projettent vers cette année cruciale

L’année 2014 sera une année marquée par plusieurs scrutins. Normalement, les électeurs seront appelés à voter pour les nouveaux conseillers territoriaux, pour les élections municipales et pour les délégués communautaires qui siègeront dans les communautés de communes. Quatre ans, c’est long et court à la fois. 2014, plusieurs élus lourdais y pensent. D’aucuns piaffent d’impatience, persuadés que l’heure de l’alternance sonnera enfin, après un règne de 25 ans pour la droite. On aura compris que l’on fait surtout allusion à l’opposition municipale de gauche, confortée au fil des différents scrutins et surtout par le dernier (des Régionales). Comme d’autres observateurs, elle constate la perte d’influence et le manque d’impact du maire actuel et de son équipe. Qui conduira la liste de gauche en 2014 ? Personne n’a la réponse aujourd’hui. Ce qui est sûr, c’est que cette élection municipale lourdaise aura une incidence sur la Communauté de communes du Pays de Lourdes où la présidence basculera si l’actuel président et maire de Lourdes saute du siège éjectable dans lequel il semble être installé aujourd’hui. Et là le nom du présidentiable qui revient le plus souvent est celui du maire de Julos, Georges Castres, aujourd’hui premier vice-président et président de

la commission des finances de la CCPL. Il ne cache pas être proche de Josette Bourdeu, leader de l’opposition lourdaise. Laquelle pourrait peser de tout son poids pour laisser les rênes de la CCPL au maire de Julos qui a l’avantage de bien connaître les arcanes de cette structure communautaire. Ce scénario pourrait être toutefois perturbé par l’arrivée de nouveaux venus sur la scène politique lourdaise. Depuis quelque temps, des sociaux-professionnels lourdais, quadragénaires pour la plupart, songeraient à se lancer dans l’arène politique. Ils ne revendiqueraient aucune étiquette et travailleraient uniquement à redresser l’image de la ville et s’appuieraient, ce qui est le plus intéressant, sur des projets innovants. A droite aussi, d’aucuns commencent à bouger. Des contacts sont noués avec d’anciens élus municipaux mais surtout avec des jeunes désireux de s’impliquer dans les affaires de la cité. Cela sera-t-il suffisant pour redresser la barre à droite ? La tâche s’annonce difficile.

Saga

Prochainement, nous reviendrons sur la saga de deux pistoleros en jupons qui ont flingué la semaine dernière le FCL XV. A trois jours d’un match capital, difficile de faire mieux pour semer le trouble dans un club. Comme nous l’écrivions en préambule du direct-live du match Saint-Jean de Luz-Lourdes, ces deux plumitives qui n’ont jamais été des références dans le milieu de l’Ovalie (NDLR. Ça se saurait) et dont la réputation n’a jamais dépassé la place de l’église de Lourdes, du moins ce qui concerne leurs connaissances rugbystiques, se sont attiré les foudres du « Mongol » de président. Bien joué Michel qui a connu d’autres tempêtes dans son étincelante carrière sportive.