Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Le Festival de Musique de Lourdes prend une nouvelle dimension

dimanche 15 février 2015 par rédaction

Finies les appellations Festival de Musique Sacrée ou encore Festival de Pâques. Désormais il faudra l’appeler le Festival de Lourdes. Avec à sa tête un nouveau Directeur artistique, Fayçal Karaoui, directeur de l’Orchestre Pau Pays de Béarn assisté de Frédéric Morando qui aura le rôle de conseiller artistique. Un duo qui a fait ses preuves avec l’Orchestre de Pau-Pays du Béarn.

L’information a été rendue publique vendredi après-midi en mairie de Lourdes, au cours de la conférence de presse qui a présenté le programme de l’édition 2015, laquelle se déroulera du 21 mars au 5 avril prochain. Autour de Josette Bourdeu, maire de Lourdes, se trouvaient Gérard Altuzarra, président de l’Association Artistique pour le Rayonnement de Lourdes (ARAL), ainsi que plusieurs membres de cette association composée uniquement de bénévoles, Fayçal Karaoui et Frédéric Morando.

Le propos de Josette Bourdeu

« Je suis heureuse d’accueillir Fayçal Karaoui, directeur de l’Orchestre Pau Pays du Béarn et Frédéric Morando, directeur artistique de l’orchestre. Nous sommes là pour parler de la future édition du festival de musique qui aura lieu du 21 mars au 5 avril 2015. Nous ne sommes pas là pour parler de festival de musique sacrée ni de festival de Pâques, les anciennes appellations de ce festival. Ce sera désormais le festival de musique de Lourdes. J’ai toujours soutenu ce festival en tant que conseillère générale. C’est un moment phare de la culture à Lourdes. J’ai toujours voté les subventions sous l’ancienne équipe municipale. Le festival de musique est quelque chose qui me passionne. J’y ai toujours assisté. Votre présence, M. Karaoui, est un bon départ pour un avenir meilleur pour le festival de musique à Lourdes. C’est un festival qui a toujours privilégié la qualité par la programmation artistique, plutôt axée vers la musique sacrée et plus particulièrement ces dernières années vers la musique baroque avec des ensembles de grande qualité. Par contre, ce que je regrettais c’était la fréquentation qui ne me paraissait pas à la hauteur de la qualité du festival, des ensembles, de la programmation et du travail accompli par l’ARAL. Maintenant, il faut booster ce festival. Je pense que la nouvelle orientation dont va nous parler de M. Altuzarra sera une très bonne chose. Le festival est aussi un événement majeur pour les Hautes-Pyrénées puisqu’il se décentralise notamment à l’abbatiale de Saint-Savin. C’est un festival territorial dont il faut tenir compte et que je m’engage toujours à soutenir comme je l’ai fait par le passé avec peut-être un programme plus ambitieux pour toucher toutes les couches de la population, de la société lourdaise et du territoire ».

L’intervention de Gérard Altuzarra

Après avoir remercié Mme le Maire de sa présentation réconfortante, Gérard Altuzarra déclarait : « Je n’ai jamais douté que vous étiez favorable au festival. Vous avez évoqué le problème des subventions et c’est vrai que cette année on n’a pas été très gâtés mais il se trouve que nous avons la possibilité d’organiser un bon festival. L’ARAL ne fonctionne qu’avec des bénévoles. Elle n’a pas de frais fixes avec des permanents, donc il est impossible que nous puissions réduire les coûts. L’essentiel des subventions que nous avons sont utilisés vraiment pour faire de la musique. On ne dépasse pas l’argent autrement. Pour le festival 2015, le fait que l’on revienne à la basilique du Rosaire est un élément extrêmement important. Les fidèles du festival ont toujours la nostalgie de l’époque de sa naissance. Il est effectivement né dans la basilique du Rosaire. Il est vrai que cette basilique offre sur le plan de l’acoustique mais aussi visuellement que la musique y trouve tout naturellement sa place. Pour ce retour à la basilique du Rosaire, je tiens à remercier le père Horacio Brito, recteur du sanctuaire, artisan de ce retour et je remercie également tous les cadres du sanctuaire qui ont été consultés et qui unanimement ont décidé que le festival devait revenir dans la basilique du Rosaire. Cette décision est mûrement réfléchie et je pense qu’elle est aujourd’hui assez pérenne » .

Le programme

Le premier concert aura lieu à l’espace Robert Hossein. Il s’agira des « Quatre saisons de Vivaldi » interprété par une virtuose violoniste régionale Marie Cantagrill. « Je pense que les gens qui viendront à ce concert seront heureux », relève M. Altuzarra.

« La deuxième partie du festival est composée de deux concerts qui mettent en scène deux des plus grands ensembles de musiques baroques de France : le concert spirituel dirigé par Hervé Niquet qui nous vaudra d’entendre des oeuvres majeures du répertoire français avec Charpentier, Lully, Louis Le Prince. Huit jours après, toujours à la basilique du Rosaire, le 29 mars, Purcell sera présent avec les voix des chanteurs de Joël Suhubiette, les éléments de Toulouse appuyés par l’ensemble Concerto soave. Là aussi ça nous promet un concert de toute beauté avec l’Ode à la Reine Marie ». L’abbatiale de Saint-Savin accueillera les deux derniers concerts.

Les 5 concerts

Tous les concerts sont à 21H

Samedi 21 mars 2015 - Espace Robert Hossein

Marie CANTAGRILL et l’orchestre de chambre d’Ariège

"Les quatre saisons" de Vivaldi et "Airs bohémiens" de Sarasate

Dimanche 22 mars 2015 - Basilique du Rosaire

Hervé NIQUET et l’ensemble "Le Concert spirituel"

" Spiritualité au Grand siècle"

M-A Charpentier, L. Le Prince et J-B Lully

Dimanche 29 mars 2015 - Basilique du Rosaire

Ensembles "Les Éléments" et "Concerto soave" Dir. Joël Suhubiette

Purcell. "Music for queen Mary"

Vendredi 3 avril 2015 (vendredi saint) - Abbatiale de Saint-Savin

Quatuor Ludwig - Récitante Marie-Christine Barrault

J. Haydn "Les 7 dernières paroles du Christ en croix"

Dimanche 5 avril 2015 - Abbatiale de Saint Savin

Ensemble Cappella Forensis - Dir. François Bernard "Cantates de Pâques "

1ère partie : J-S Bach "Cantates BWV 31, 37 et 51"

2ème partie : F Mendelssohn : "Airs, récitatifs et oratorio"

L’arrivée de Fayçal Karaoui et Frédéric Morando

« Pendant que le festival ramait, pendant ces années où l’on a été en dehors de la basilique, où l’on a trouvé asile dans l’église paroissiale, on avait toujours l’abbaye de Saint-Savin mais l’espace Robert Hossein n’existait pas, pendant ce temps, à 40 km de chez nous se déroulait une véritable révolution culturelle à la façon musique, faisait observer Gérard Altuzarra. Les artisans de cette révolution culturelle s’appellent Fayçal Karaoui et Frédéric Morando. Nous avons la chance de les avoir parmi nous. La présence de ces deux artistes à un objectif : ils ont accepté de venir nous aider et de changer la donne en matière de festival. Actuellement, nous sommes un peu prisonniers d’un certain répertoire essentiellement basé sur la musique baroque qui n’est pas la plus populaire. Elle n’attire pas des publics énormes. Il va donc falloir faire un effort de variations, de différenciation. On vit une époque où l’on pratique "cross over", où l’on mélange les musiques. Il y a des grands musiciens et de la bonne musique. Le festival, je pense, va pouvoir se mettre à cette heure-là ».

Musicien complet, architecte et bâtisseur infatigable, Fayçal Karoui fait partie de ces rares chefs français remarqués en France et à l’étranger par les plus grands orchestres.

Né à Paris en 1971, Fayçal Karoui obtient en 1997 son premier prix de direction d’orchestre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et intègre la classe de perfectionnement. Lauréat de la bourse « Aida », il devient assistant de Michel Plasson à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, qu’il occupe jusqu’en 2002. Cette collaboration l’amène à diriger un large répertoire symphonique et lyrique.

Directeur Musical de l’Orchestre de Pau Pays de Béarn depuis 2002, il est unanimement loué pour son remarquable travail auprès de cette formation qu’il a littéralement transformée. Il y insuffle une politique musicale en direction de tous et instaure une programmation ambitieuse où la musique nouvelle côtoie systématiquement les piliers du répertoire.

Il donne à cet orchestre une ambition nouvelle, fait venir à Pau les plus grands solistes et répond à de nombreuses invitations dans des festivals en France (Festival Présence, Festival de la côte Basque, Festival d’Art sacré de Lourdes, La Folle Journée de Nantes 2011,2012 et 2014 et de Tokyo en 2012), en Espagne, en Italie et au Maroc (Théâtre Mohammed V de Rabat). Avec l’Orchestre de Pau Pays de Béarn, il commande de nombreuses œuvres auprès des grands compositeurs de notre temps. Il est ainsi dédicataire de nombreuses pièces de G. Connesson, P. Zavaro, N. Bacri...

Il met en place une politique culturelle singulière en direction des publics éloignés des dispositifs culturels en inventant avec son équipe des concepts novateurs comme « l’Orchestre prend ses quartiers », « Y a un concert chez le voisin », « Concert boîte de nuit ». Ces projets ont fait l’objet d’un documentaire diffusé par France Télévisions en 2012.

 De 2006 à 2012, Fayçal Karoui est également directeur musical du prestigieux New York City Ballet fondé par George Balanchine. Son travail est salué par la presse new-yorkaise qui lui est unanimement reconnaissante d’avoir placé la musique au centre de cette prestigieuse compagnie de ballet.

De 2012 à 2015, il est Directeur Musical de l’Orchestre Lamoureux et réécrit un projet pour cet orchestre, en mettant au cœur de la programmation la musique française, en particulier celle créée par l’Orchestre Lamoureux.

 

Fayçal Karoui a été invité à diriger de nombreux orchestres tels que l’Orchestre de Paris, l’Orchestre de l’Opéra National de Paris avec lequel il collabore très fréquemment, l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, L’Orchestra Giuseppe Verdi de Milan, l’Orchestra Accademia Santa Cecilia de Rome, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre Philharmonique de Liège, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre Philharmonique de Vienne...

 

En 2013, il est élevé au rang de Chevalier des Arts et Lettres par la Ministre de la Culture et de la Communication.

 

Fayçal Karoui en 6 dates :

 

1997 : Premier prix de direction d’orchestre au Conservatoire National Supérieur de

Musique de Paris.

2002 : Nommé directeur musical de l’Orchestre de Pau Pays de Béarn.

2006 - 2011 : Directeur musical du New York City Ballet fondé par George

Balanchine.

2011 : Nommé Directeur musical de l’Orchestre Lamoureux.

2012 : Dirige l’Orchestre National de France dans des œuvres de Gershwin,

Bernstein et Ravel lors de la Fête de l’Humanité.

2013 : Nommé Chevalier des Arts et Lettres par la ministre Aurélie Filippetti.

 

=====

 

Fayçal Karoui, sera accompagné de Frédéric Morando, futur Conseiller Artistique du Festival de Musique de Lourdes, avec qui, il dirige déjà l’OPPB.

 

Frédéric Morando, né à Paris, est le Directeur Artistique de l’Orchestre Pau Pays de Béarn depuis 2005.

 

Il fut violoniste professionnel et enseignant jusqu’en 2007. À la demande de Fayçal Karoui, avec lequel il fit ses études et avec qui il partage de nombreux projets musicaux, il rejoint ainsi l’OPPB en 2005. Titulaire de plusieurs prix, de violon, musique de chambre, harmonie et d’histoire de la musique, il est aussi titulaire d’une licence de Lettres et Arts - Musicologie à la Sorbonne.

 

À l’OPPB, il a la charge de la programmation des saisons symphoniques et musique de chambre, il dirige l’équipe administrative et technique, et s’occupe de la communication et des relations presse. Il anime et conforte également les partenariats publics et privés, dans le cadre du projet de développement de l’orchestre. Passionné d’enseignement et de transmission du pouvoir émotif de la musique, il aime particulièrement présenter les concerts et les artistes à un public divers (abonnés, enfants, étudiants, public empêché, etc...).