Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

96e anniversaire de la commémoration de la guerre 14-18

mercredi 12 novembre 2014 par rédaction

Plusieurs cérémonies ont permis à la ville de Lourdes de bien commémorer le 96e anniversaire de l’Armistice de la guerre 14-18 et de rendre hommage aux héros de ce conflit meurtrier. Après un dépôt de gerbe au monument Foch, une messe a été célébrée par l’abbé Jean-François Duhar, curé de Lourdes. A l’issue de la célébration, une belle cérémonie présidée par Isabelle Rebattu, sous préfète d’Argelès-Gazost, a rassemblé, au monument aux morts, les autorités civiles au premier rang desquelles on notait Josette Bourdeu, maire de Lourdes et le conseil municipal, José Marthe, conseiller général de Lourdes-Ouest, les délégations patriotiques et des anciens combattants, les représentants de la gendarmerie et de la police nationale, les jeunes élèves de l’école Honoré Auzon. L’assistance était nombreuse et apprécié la belle tenue de la cérémonie.

En début de cérémonie, Isabelle Rebattu a lu le message de Kader Arif, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire.

Lecture du Message de Kader Arif,
Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense,
chargé des Anciens combattants et de la Mémoire,
par Isabelle Rebattu, sous-préfète d’Argelès-Gazost

Depuis plusieurs mois, la France se remémore la première année de la Grande Guerre dans le cadre d’un centenaire unanimement partagé. Les Françaises et les Français se mobilisent pour rendre hommage à leurs aînés et rappeler leur fierté à l’égard de l’histoire de notre pays.

Nous nous souvenons de ce 3 août 1914. De ce tocsin qui retentit dans les villes françaises et alerte la population. De ces millions de Français qui se mobilisent.

Nous nous souvenons avec respect et émotion de cette journée du 22 août 1914 qui dévoile l’horreur effroyable de la guerre. De ces 27 000 jeunes Français qui meurent au combat ce jour-là.

Nous nous souvenons de ce 12 septembre 1914, de ce sursaut français qui redonne foi en nos combattants et en la France.

Mais il nous appartient surtout aujourd’hui à toutes et à tous de nous souvenir de ce 11 novembre 1918, de cette paix que chacun de nos concitoyens croyait alors éternelle. Du courage de nos soldats, de la volonté de notre pays, des souffrances partagées des Français durant quatre années. De la force de la République qui jamais ne plia et du triomphe de ses valeurs. De nos soldats tombés ces dernières années sur les théâtres d’opérations extérieures pour perpétuer l’héritage de leurs aînés.

Depuis un an, le centenaire de la Grande Guerre mêle intimement mémoire familiale et mémoire nationale. Il est vécu dans chaque commune, chaque famille, chaque foyer. Il rassemble l’Etat, les collectivités territoriales et les associations. Malgré le temps qui passe et nous éloigne d’un siècle que cette guerre a ouvert, le centenaire mobilise les anciens combattants, les jeunes et au-delà tous les citoyens de notre pays autour de cette histoire.

Il témoigne de la réalité de la guerre, de sa brutalité, de son humanité aussi parfois, de son caractère mondial enfin, en particulier ce jour à Notre-Dame de Lorette à travers l’inauguration d’un mémorial où sont inscrits par ordre alphabétique les noms de près de 600 000 combattants de toutes nationalités morts sur les terres du Nord-Pas de Calais.

Ces 600 000 noms aujourd’hui gravés dans le marbre de l’histoire et dans la mémoire de l’humanité nous rappellent combien la mémoire de la Grande Guerre est une mémoire mondialisée et pacifiée.

Aussi, cette journée du 11 novembre est dédiée à la fraternité entre les peuples et à la paix.

Elle invite à la réflexion que chacun d’entre nous doit conduire sur la nécessité de préserver la paix, de défendre les fondements de notre République et de l’Europe et de garantir la place de la France dans le monde.

Douze gerbes ont été déposées. Après l’hymne national et un chant patriotique interprétés par l’Union musicale lourdaise et les chanteurs montagnards de Lourdes, Fabienne Méric a lu et mimé avec talent un poème d’un auteur inconnu.

La touche finale a été apportée par les jeunes élèves de l’école Honoré Auzon qui ont chanté sous la direction d’un de leurs maîtres "En passant par la Lorraine".